Oxfam Magasin du monde

Le pouvoir citoyen contre la pauvreté

Artisanat et genre. Impact de l’artisanat équitable sur l’empowerment des femmes en Inde et au Bangladesh
Étude - Janvier 2015

Sur base de la littérature et d’une mission de terrain, cette étude visait à examiner / résumer les apports de l’artisanat équitable comme outil d’empowerment des femmes au sein de 3 organisations en Inde et au Bangladesh.

Les différents entretiens menés, individuels ou sous forme de groupes de discussion, démontrent un impact significatif dans la plupart des composantes d’empowerment examinées. L’effet semble particulièrement important dans les domaines socio-économiques, c’est-à-dire en termes d’acquisition de ressources matérielles et humaines, de savoirs et de compétences. Les artisanes gagnent par ailleurs différentes formes de pouvoir intérieur (conscience critique, estime de soi, etc.), ce qui amène la plupart d’entre elles à renégocier leurs rôles vis-à-vis de leur environnement, essentiellement proche (couple, foyer, communauté). Cette redéfinition des positions se traduit par exemple par des gains de mobilité, davantage d’interactions sociales ainsi que l’implication dans des activités socio-politiques diverses (le plus souvent au sein même de l’organisation équitable).

Cependant, l’étude révèle également certaines limites de l’artisanat équitable. Plus particulièrement, il ne permet pas toujours de remettre en cause la position structurellement subordonnée de la femme dans les sociétés indiennes et bangladaises (cf. besoins stratégiques). Un meilleur accès / contrôle des moyens de production doit par exemple souvent faire l’objet d’un combat important et dépend, entre autres, de la capacité des femmes à s’affranchir des normes et contrôles exercés par leurs maris ou belle-famille. Les autres limitations incluent, pour les organisations, des ressources souvent limitées (salaires, formations, capacité à fournir des commandes, etc.), et pour les artisanes, un manque de temps, d’intérêt, la peur de l’inconnu ou une incapacité à sortir d’un rôle « sacrificiel ». Le degré d’empowerment des artisanes dépend au final largement de l’organisation elle-même, de sa stratégie, de ses publics cibles et de ses ressources financières et humaines.