fbpx

La consommation responsable

Objectif

En choisissant cette thématique, votre objectif est de montrer aux élèves qu’ils/elles ont un rôle à jouer dans le choix de leur alimentation. A travers ce projet, les enfants prendront connaissance des répercussions de leurs choix (souvent guidés par les parents, mais pas que !) sur leur santé et sur l’environnement.

Informations de fond pour l’enseignant

* Surconsommation et impacts de la production

N’importe quel produit que l’on consomme implique une production, qui se fait dans certaines conditions (travail d’hommes et de femmes), qui a des impacts (sociaux et environnementaux) et qui nécessite des ressources (+- rares, +- renouvelables, etc.). Une consommation excessive, une « surconsommation » a des conséquences néfastes sur la planète, sur la santé des personnes, sur les conditions de production, sur notre mode de vie :

  • Sur l’environnement : Nous consommons tellement que nos ressources planétaires diminuent dangereusement et nos déchets ne cessent d’augmenter.
  • Sur les personnes : Certaines personnes s’endettent pour consommer toujours plus. La publicité leur donne l’illusion d’avoir besoin des dernières nouveautés à la mode, mais elles n’ont en réalité pas assez d’argent pour se les payer. Les crédits à la consommation ont de plus en plus de succès.
  • Sur la santé : Le consommateur est poussé à manger plus, et surtout moins bien (sodas, fast-food, sucreries, …). L’obésité est devenue un grave problème dans le monde occidental.
  • Sur les conditions de travail pendant la production: A force de vouloir toujours plus, on veut aussi toujours payer moins cher ! Les marques n’hésitent pas à diminuer les coûts liés à la fabrication des produits notamment en diminuant les salaires des travailleurs tout au bout de la chaine ou en les obligeant à travailler de longues heures dans des conditions difficiles.

* Consommation et valeurs

A chaque fois qu’on achète quelque chose, on « vote » pour le type de société que l’on souhaite, car on donne notre argent à un projet, qui est porté par certaines valeurs, par une certaine philosophie et par des objectifs (enrichir les actionnaires/permettre à des femmes de gagner en autonomie/valoriser le savoir-faire d’une communauté/…)

* Les types de consommation responsable

La consommation, ce n’est pas seulement ce qu’on mange mais aussi nos vêtements, nos appareils électroniques (gsm, ordinateurs, etc.), notre manière de nous déplacer, nos loisirs, nos vacances, les cadeaux que l’on fait.

Equitable vs bio ?

Le commerce équitable est avant tout un commerce centré sur l’humain. Il vise en priorité à donner un revenu juste et de bonnes conditions de travail aux personnes qui cultivent (thé, café, cacao, bananes…) ou qui fabriquent des objets (vêtements, accessoires…) ou de l’artisanat (instruments de musique, jouets, plumiers, vaisselle…). Grâce au salaire décent qu’elles reçoivent en échange, ces personnes peuvent mener une vie digne. Avec le temps, la protection de l’environnement est devenue aussi une préoccupation majeure du commerce équitable. De plus en plus de produits équitables sont aussi bio. Et ceux qui ne le sont pas sont quand même respectueux de l’environnement (interdiction d’OGM et des pesticides, recours aux techniques de l’agro-écologie…).

Le seconde main

C’est une manière d’éviter la surconsommation : au lieu d’acheter du neuf puis de jeter, on prolonge la vie d’un objet (vêtement, appareil,…) en le vendant ou en le donnant. Cela peut se faire dans un magasin (comme les magasins Oxfam qui vendent des vêtements de seconde main), sur internet (voir les plate-forme comme secondemain.be) ou encore entre personnes d’une même famille, d’un même groupe ou d’un même quartier : voir les donneries (ou gratiferia), les trocs,…

Le zéro déchet

Le principe est d’éviter d’utiliser des emballages lorsqu’on achète, souvent en achetant en vrac. Pour

se préparer à l’achat en vrac, il faut prévoir des bocaux en verre ou des sacs en tissus. Le zéro déchet,

c’est aussi  éviter le gaspillage alimentaire en achetant des quantités adaptées, en veillant à le consommer à temps, en faisant des conserves….

Local ou bio ?

Certain.e.s consommateurs/trices ne jurent que par le bio, d’autres que par le local. En fait, il ne faut pas choisir l’un ou l’autre, il faut les combiner ! Par ex, le bio n’a pas tellement de sens ou perd en tout cas beaucoup de ses avantages lorsqu’il s’agit de produits hors saison importés de loin (comme par ex des haricots du Kenya en hiver). Et des produits « locaux » ne sont intéressants que s’ils proviennent d’un mode de production respectueux de l’environnement (même si pas nécessairement bio). Si c’est du local aspergé de pesticides, mieux vaut s’en passer !

Low Tech / réparable

Certains produits sont très difficiles à réparer. Ils ont même parfois été conçus pour tomber en panne, afin de forcer les consommateurs à en acheter un nouveau. C’est ce qu’on appelle « l’obsolescence programmée ». Afin d’éviter ce problème, le mieux est de choisir des produits réparables et pour lesquels on peut trouver des pièces de rechange (voir par exemple la marque Seb qui s’engage à fournir toutes les pièces de rechange pour ses appareils). Enfin, certains appareils consomment beaucoup d’énergie pour un résultat pas nécessairement plus efficace. Le mieux est de choisir des produits « low tech », c’est-à-dire des produits peu énergivores ou même des produits sans technologie, qui fonctionnent de manière mécanique.

Ressources pédagogiques

1. Le site du Réseau-idée propose plein d’outils pédagogiques pour aborder différentes thématiques : agriculture, consommation, déchets, écoconsommation…
http://www.reseau-idee.be/outils-pedagogiques/

2. Le site d’Eco-conso vous propose des trucs et astuces pour faire des choix de consommation éclairés et pour adopter des comportements respectueux de l’environnement et de la santé.
www.ecoconso.be

3. Le RCR (Réseau des consommateurs responsables) recense les initiatives citoyennes mises en place en Belgique. Des Repair cafés aux potagers collectifs, des Groupes d’Achat commun aux donneries, vous y trouverez une mine d’informations concernant ces alternatives. Pourquoi ne pas contacter les personnes responsables de ces alternatives pour qu’elles viennent en discuter avec vos élèves ?
http://www.asblrcr.be/

4. Organisez Une visite dans un magasin du monde Oxfam ! Rendez-vous avec votre classe dans un magasin de commerce équitable ou de seconde main Oxfam (prenez contact préalablement avec un ou une bénévole pour demander si on peut vous prévoir une visite ou une animation). Montrez-leur les produits et les photos des partenaires qui se trouvent sur les paquets. Sur la plateforme outilsoxfam.be, vous pourrez découvrir de nombreux outils de sensibilisation, par exemple le module d’animation « le jeans a le blues » (sur le thème des vêtements) ou le jeu d’enquête « Cultivons » (sur le thème de l’alimentation).

5. Organisez un petit-déjeuner équitable en classe ou à l’école. Les enfants auront l’occasion de découvrir les produits issus du commerce équitable.

Partager!