Des idées de slam

Depuis que les multinationales se sont démultipliées, il y a comme un écran de fumée

Le slam, c’est de la poésie déclamée qui claque. Avec une liberté totale dans la forme, pas de structure imposée !

Attention, il n’est peut-être pas très stratégique de lire beaucoup de textes de slammeurs avant de se mettre soi-même à écrire. Pas facile de se sentir inspiré ou d’accepter son écriture tâtonnante lorsqu’on débute.

A côté des slammeurs, plus connus du grand public comme Grand Corps Malade, il existe une multitude de styles différents, voici quelques extraits de textes engagés pour donner une idée aux élèves de ce qu’un texte peut porter comme message… Et en PDF, les textes du Slam in Dignity 2015.

“Le mot slam désigne en argot américain “la claque”, “l’impact”, terme emprunté à l’expression to slam a door qui signifie littéralement « claquer une porte ». Dans le cadre de la poésie orale et publique, il s’agit d’attraper l’auditeur par le col et de le « claquer » avec les mots, les images, pour le secouer, l’émouvoir.

Poésie vivante issue des performances des poètes de la Beat Generation (Kerouac, Ginsberg, Burroughs, Cassady), puis appropriée par les poètes de la rue, les rappeurs voulant sortir du cadre du Hip-Hop, il fut initié au début des années 1980 par Mark Smith, à Chicago, sous forme de lectures publiques, pour gagner en popularité et traverser l’Atlantique dans le milieu des années 1990.

Le slam donne la possibilité à tous de dire de la poésie à l’occasion de soirées organisées dans des cafés et des lieux publics. Que ce soit lu, récité ou improvisé, le slam correspond à un moment au cours duquel on peut dire n’importe quelle forme de poésie ou quelque chose qui a à voir de près ou de loin avec cet art. Car celui-ci n’est nullement une forme particulière de poésie. Le slam est un moment à l’occasion duquel on va dire de la poésie dans toutes ses formes : rimées ou pas, métrées ou pas, issues de n’importe quel courant poétique. ”

LSAA LaSauceAuxArts

Désobéissance civile (Kenny Arkana)

Ce monde me rend contestataire…
Pourtant je rêve de paix et de bonheur
C’est peut-être pour ça d’ailleurs, et d’ailleurs j’peux pas me taire !
Désolée, j’veux réveiller les frères et soeurs
Monde de fous, j’veux pas attendre de voir ce que l’enfer réserve !
J’suis peut-être idéaliste, certains me le reprocheront
Mais on a besoin d’idéaux pour bousculer les choses
Alors laisse-moi crier, même à blanc, le mal d’une époque
Le même que tu retrouveras dans les yeux de mes sisters et de mes potes
Parce qu’on est conscient que ça tourne pas rond et qu’il n’y a pas de solutions
Du moins, pas encore, alors ça s’base sur des résolutions
On change le monde qu’à son échelle, est-tu prêt pour la Révolution? 

Notre Ville (Mochélan)

“On” dit de notre ville qu’elle est sale, qu’elle pue comme une porcherie
mais “on” oublie que le beau port, c’est à Zeebrugge qu’ “on” l’a construit
On dit de nos habitants qu’ils sont vils et malpolis
Alors qu’ils ont sué eaux et sangs pour un capital qu’on leur a pris.

On est une ville d’ouvriers, des communes de travailleurs
Une ville d’oubliés, qu’on laisse mourir sans pleurs
On dit d’notre ville qu’elle est méchante, dangereuse et aggressive
Mais ils oublient qu’en 70 ce n’est pas nous qui avons lancé l’offensive (…)

Slam sur le plan Nord du gouvernement Canadien (Samian)

Le gouvernement a décidé de perdre le nord
Pour des diamants, de l’argent et de l’or
Il prétend vivre dans un pays libre
Mais ils ignorent que la nature est le parfait équilibre
Trop de consommation pour des biens matériels
On est en train de perdre le nord et les enjeux sont réels
Vous profitez de la terre pour vos propres envies
Sans même réaliser qu’elle nous maintient en vie

La fourmi et la cigale (Ivy)

La fourmi ayant trimé tant d’années
Se trouva fort dépourvue la vieillesse venue
Pas un seul petit morceau de romance ou de tango
Tristement elle s’achemine chez sa fourmi la voisine
La priant de pousser la ritournelle pour égayer sa retraite nouvelle
Je vous paierai lui dit-elle toute ma pension en capital mais joue donc c’est le principal 

La cigale est orgueilleuse, c’est là son moindre défaut
Que faisiez-vous de votre peau dit-elle à cette emmerdeuse
– Nuit et jour  ma vie durant je trimais ne vous déplaise
– Ah vous trimiez, j’en suis fort aise
Tâchez de vivre maintenant
Tâchez de vivre maintenant

Partager!