Tremblement de terre au Chili : nouvelles de nos partenaires

Le 27 février, un tremblement de terre d’une magnitude de 8,8 sur l’échelle de Richter a frappé 5 régions du Chili. Les régions de Maule et Bíobío, au sud du pays, semblent avoir été les plus touchées. À Maule, 500 morts ont déjà été recensés et ce chiffre pourrait être revu à la hausse à cause du tsunami qui a suivi quelques minutes après le séisme.
Les heures et les jours qui ont suivi la catastrophe ont vu des milliers de familles quitter leur maison pour aller vivre dans les hauteurs. Plus de 100 répliques ont été enregistrées depuis le tremblement de terre de samedi.

Les partenaires d’Oxfam touchés

Oxfam-Magasins du monde et Oxfam-Wereldwinkels collaborent avec plusieurs partenaires au Chili, actifs dans la production de vin, de papaye, de miel, d’ail, de bijoux artisanaux,… Des nouvelles de ces partenaires arrivent au compte-gouttes. Certains vivent dans les régions les plus touchées près de la ville Talca ou de la côte.

Pueblos del Sur, partenaire d’Oxfam-Magasins du monde

Pueblos del Sur est une fédération d’artisans partenaire d’Oxfam-Magasins du monde. Elle regroupe, à Santiago et dans plusieurs régions du pays, 190 groupes représentant quelque 900 artisans, tous issus de milieux défavorisés. Pueblos del Sur vise à leur procurer de l’emploi tout en les aidant à gagner leur autonomie.

Lorena et Patricio, en charge de l’administration de Pueblos, vont bien. Le bâtiment de Pueblos a été épargné mais ils ont perdu la plus grande partie de leur stock de produits en verre et céramique ainsi qu’un ordinateur. Tous deux ont leurs maisons fissurées et d’importantes pertes matérielles. La famille de Patricio à Concepcion et Talcahuano a souffert de pertes matérielles et de vols par pillages dans les maisons. Dans la famille de Lorena, à Curanipe, Pelluhue, Cauquenes, les maisons ont été totalement détruites. Le fils aîné de Lorena a dû quitter la maison où il vivait avec sa partenaire et leur bébé parce que la maison a été démolie. Il faut savoir que certaines maisons qui ont résisté en apparence sont parfois irrémédiablement endommagées au niveau de leur structure et doivent être abattues. C’est le cas de la maison de l’agent de transport de Pueblos, Reinaldo Zambrano, dans la région de Bio Bio.

Concernant les producteurs, il n’est pas aisé pour Pueblos d’établir un bilan définitif étant donné les problèmes de communication. Lorena a effectué un premier voyage avec des denrées non-périssables, de l’eau, des médicaments ainsi que des contributions monétaires pour subvenir aux besoins les plus urgents. Une deuxième mission est déjà programmée et Pueblos est en train d’étudier comment mener une action de solidarité à long terme dans les régions affectées de Hualañe, Porongo, Duao, Iloca, Concepción et Santiago.

Mario Pinchulef, Lorena Villegas, Alejandro Reyes, Viviana Marshall et Juan Ortega, 5 artisans qui étaient partis participer à une foire dans la région côtière qui a été touchée par le tsunami, sont actuellement portés disparus.

Aux dernières nouvelles, une quinzaine de groupes étaient directement touchés par le séisme :

Région de Santiago

Les producteurs ont surtout eu des fissures dans leurs maisons et des pertes matérielles (matériaux, outils, fours…) dans leurs ateliers.

  • A Conchali, le producteur de verre Jorge Miranda a perdu son four et un lot d’émail et de verre qui était prêt pour une commande.
  • Commune de La Reina : Marcela Cofre a perdu sa boutique à l’aéroport. Elle a la chance de disposer de ressources pour redémarrer.
  • Commune de Maipú : Omar Guerrero, producteur de céramiques, a perdu une partie de sa production d’ocarinas et de produits de décoration.
  • Commune de San Miguel : L’atelier de MARYSOL, situé à San Miguel, est jusqu’à ce jour sans électricité. Les 6 personnes qui y travaillent n’ont pas été touchées. Seul Victor qui travaille le métal a perdu l’appartement qu’il avait acheté à crédit il y a 3 ans et qu’il est encore en train de rembourser.
  • Pudahuel : Le groupe Atnina est composé de femmes chefs de ménage qui travaillent le textile. La maison qui abritait leur atelier s’est effondrée et leur atelier n’est donc plus du tout opérationnel.

Région de Valparaiso: Limache

  • L’atelier OQL a perdu son stock de produits en verre. Ce qui n’a pas été cassé a été pillé, y compris leur ordinateur et la caméra. Ils ont perdu la plupart de leurs informations sur les designs de produits ainsi que toutes les photos des nouveaux produits.

Pomaire (60 km de Santiago)

  • Sergio Aguirre, producteur de céramiques, a de nombreux dégâts à sa boutique et a perdu toute la production. Son atelier a été littéralement coupé en 2.
  • Laura Quiroz, productrice de colliers et de bagues en céramique, a vu le toit de son atelier s’effondrer complètement, détruisant 2 fours électriques.

Région de Maule

  • Hualañe, à 20 minutes de Iloca : l’atelier de Sergio Diaz de production de céramiques et de produits de Noël est complètement détruit, la maison dans laquelle il se trouvait s’est effondrée et le toit a complètement cédé. Heureusement il n’y a pas de blessés.
  • Porongo, à 1 km de Cauquenes : la ville est par terre et l’artisan Juan Ortega est porté disparu alors qu’il était parti participer à une foire à Constitucion.
  • Iloca: Le groupe de 5 femmes chefs de ménage qui fabriquent des produits de décoration en céramique travaillait dans un local du conseil de quartier dont il ne reste absolument rien. Tout est détruit y compris le four et les matériaux. Les femmes sont saines et sauves mais la mère de l’une d’elles (Juana Verdugo) est décédée d’une attaque cardiaque.

Villarrica

  • Luis Contreras, sculpteur sur bois, se porte bien ainsi que sa famille. Des dégâts à sa maison et son atelier sont à déplorer.
  • La maison en adobe de Feliz Monsalve, sculpteur sur bois, a été lourdement endommagée et il a perdu son matériel.

Région de Bio Bio

  • Aladino Opazo : Le plafond de cet atelier de production en métal et fer s’est effondré et ils ont des problèmes d’accès à l’eau et à l’électricité. Ils sont actuellement isolés par la chute de 3 ponts sur la rivière Bio Bio, la plus large du Chili.

Cette liste est préliminaire et jusque là, Pueblos n’a pas d’informations des producteurs vivant dans les zones les plus affectées. L’équipe de Pueblos continue à rassembler le matériel de première urgence pour venir en aide aux producteurs. Ils gardent courage grâce à la conviction que, comme à d’autres moments difficiles de leur histoire, le Chili peut surmonter cette crise s’ils se mobilisent tous ensemble.

Les partenaires d’Oxfam-Wereldwinkels

  • Consorcio Vinicola de Chile (CVC) : Pour cette coopérative de producteurs de vin dans la région autour de Talca, le bilan n’est pas encore complet. Leur bureau est fortement endommagé, ils ont perdu 70.000 litres de vin représentant 40% de leur récolte de 2009 et les maisons des membres sont détruites.
  • Lipimavida : La petite ville côtière de Duao dans laquelle ce groupe de femmes a une unité de transformation de papayes sur la plage a été fortement touchée par le tremblement de terre et le tsunami. Les membres de la coopérative ont perdu leurs maisons mais l’unité de transformation a été épargnée. Les femmes sont occupées à faire l’inventaire des dégâts matériels.
  • Sagrada Familia : déplore le décès de 8 personnes dans la famille d’un des membres. La cave est détruite et ils ont perdus plus de 200.000 litres de vin. Ils débuteront la récolte dès que l’électricité sera rétablie.
  • Lomas de Cauquenes : Cette organisation située dans la région de Pelluhe à 50 km de l’épicentre a perdu plus de 400.000 litres de vin. Une vingtaine de fûts en inox sont endommagés. Chance dans leur malchance, l’organisation était bien assurée, contrairement aux autres groupes de producteurs, tant pour le vin que pour les fûts et le bâtiment. Pratiquement toutes les maisons des 300 membres de l’organisation ont été lourdement endommagées.
  • Apicoop : De nombreuses ruches de cette organisation d’apiculteurs dans une région proche de l’épicentre sont tombées. L’évaluation des dégâts est en cours. Ils auront des effets sur la récolte de 2011.
  • Les partenaires Agromercedes (jus de pomme), Los Perales (vin) et Chilencoop (pâte d’ail) n’ont pas été touchés.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *