“Tous au Larzac” : retour sur une résistance paysanne

Un film de Christian Rouaud, en avant-première le lundi 6 février à 20h au Cinéma Vendôme à Bruxelle et dans les salles à partir du 8 février.

Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques-uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’État, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux.

Tout commence en 1971, lorsque le gouvernement, par la voix de son ministre de la Défense, Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Radicale, la colère se répand comme une traînée de poudre, les paysans se mobilisent et signent un serment : jamais ils ne céderont leurs terres. Dans le face à face quotidien avec l’armée et les forces de l’ordre, ils déploieront des trésors d’imagination pour faire entendre leur voix. Bientôt des centaines de comités Larzac naîtront dans toute la France… Dix ans de résistance, d’intelligence collective et de solidarité, qui les porteront vers la victoire.

Un des bonheurs du film, c’est de nous rappeler que l’engagement politique, le militantisme se construisent sur le terrain, se nourrissent du feu de l’action. On peut imaginer le choc des idées provoqué par ce combat collectif qui rassemble paysans du crû, moines-soldats du maoïsme pur jus, pacifistes, hippies et autres assoiffés d’un monde meilleur.

Mais le réalisateur ne s’est pas éparpillé en écoutant différents sons de cloche. Il va en permanence à l’essentiel : les avancées de ce combat paysan, les moyens mobilisés, les solidarités qu’il a suscitées.

Dans toutes les salles où il a été projeté [en France] – une centaine en quelques semaines –, le film «redonne de l’espoir», «revigore» les gens. Des Indignés au collectif Jeudi noir, nombreux sont les militants d’aujourd’hui à se lancer dans des actions non-violentes, humoristiques, de longue haleine… La victoire authentique du combat du Larzac pourrait les doper. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Tous au Larzac n’est pas une invitation à l’optimisme béat. Notre époque cumule tant de combats, sur des fronts si divers, qu’un seul plateau n’y suffirait pas pour les accueillir tous.

(Laure Noualhat, Libération)

L’accaparement des terres est un problème pour des millions de paysans au Sud comme au Nord. 

Ce film retrace la longue lutte d’une centaine de paysans du plateau du Larzac (France) pour éviter leur expropriation par l’Armée française. Radicale, la colère se répand comme  une traînée de poudre, les paysans se mobilisent et signent un serment: jamais ils ne cèderont leurs terres. Bientôt des centaines de comités Larzac naitront dans toute la France… Dix ans de résistance, d’intelligence collective et de solidarité, qui les porteront vers la victoire. Un combat gagné qui doit renforcer la détermination de citoyens en lutte aujourd’hui pour un nouveau modèle agricole.

Ce film sort en salle, en février à Bruxelles (Vendôme), à Liège (Le Parc) et en mars à Namur, Mons (Plaza), à Charleroi. 118 min. Distribué par notre partenaire « L’asbl Les Grignoux » à Liège.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *