La Sopacdi touchée par les violences au Congo

Oxfam-koffie Kivu-800

La Sopacdi a vu une grande partie de sa production de café détruite à la suite des récentes violences dans l’Est du Congo.

Une nouvelle vague de violence a récemment frappé l’est du Congo. Les rebelles du M23 sont entrés dans Goma et ont pris le contrôle de la ville, avant de la quitter quelques jours plus tard. Si leur passage a été de courte durée, les effets s’en font néanmoins lourdement ressentir. La population locale a été la cible de violences et de pillages, et la situation sanitaire et alimentaire est aujourd’hui des plus précaires.

Située à Minova, à 30 km de Goma, la coopérative de café SOPACDI achète les récoltes de ses 3000 membres pour les revendre au meilleur prix. Cet argent est ensuite investi dans des projets de développement destinés à améliorer les conditions de vie de milliers de familles pauvres dans cette région particulièrement rude.

La récente vague de violences a aussi touché SOPACDI. Plus de 50 femmes ont été violées et la production de café de la SOPACDI a été détruite dans 5 des 8 secteurs que compte la coopérative. Pour les caféiculteurs locaux, c’est une énorme perte, survenue en à peine 15 jours. Le café équitable de la SOPACDI est disponible sur le marché belge sous la dénomination « café Lake Kivu » (dans tous les Oxfam-Magasins du monde).

Source : Joachim Munganga, SOPACDI, via www.befair.be

Partager!

3 commentaires sur “La Sopacdi touchée par les violences au Congo

  1. Quel malheur! on fait tout ce qu’on peut pour aider, relever, soutenir ces gens là-bas si souvent touchés dans leur vie quotidienne et en quelques jours, tout est à refaire. Ne nous laissons pas aller au découragement mais quand meme il y a des jours où l’on pourrait l’être. Mais, comme disait l’autre (?), ” l’essentiel n’est pas de réussir mais de persévérer”.

  2. Continuons à soutenir la Sodapci ! Diffuser, dénoncer ce qui se passe à l’ Est, signer la pétition pour que le Docteur Denis Mukwege recoive le Prix Nobel de la Paix. Courage à tous ces petits producteurs et les mamans victimes de violences sexuelles.

  3. Les paysans de la RDCongo peuvent contribuer plus à la croissance économique de leur pays. Mais suite à des affreux qui se répercutent des années en années, ils sont les premiers pauvres de ce grand pays encore avec une terre arable. La communauté internationale et autres amis de ce pays puissent renforcer leur plaidoyer afin que ce pays ne soit pas toujours la honte de ce monde que Jésus nous a laissé en plaçant plus de richesse à son milieu mais aussi avec des habitants pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *