En Europe aussi, les usines du textile prennent feu

F201312020810159473489423

La troisième ville chinoise d’Europe, c’est Prato, en Toscane. Là, des milliers de Chinois sont employés dans les usines textiles dont le nombre a explosé depuis les années 1960-1970.

Le 1er décembre, sept employés chinois d’une usine de textile ont péri dans un incendie. À peine plus de six mois après l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh, et deux mois à peine après les naufrages médiatisés survenus à Lampedusa, l’incendie de Prato met en lumière la position ambiguë des pays européens, et de l’Union européenne, à l’égard des droits du travail, et de ceux des travailleurs migrants en particulier.

Plutôt que de produire à moindre coût à l’autre bout de la planète, ces entreprises décident d’importer de la main-d’œuvre bon marché ici. Il est vrai que le « Made in Italy » a toujours eu bonne presse, et d’autant plus quand des scandales entachent la réputation des usines du sud-est asiatique et à l’heure où certains tenants de la consommation responsable prônent le « Made in Europe ». Le drame de Prato témoigne de l’incapacité des états européens à faire respecter les droits du travail, à établir des politiques migratoires qui garantissent les droits humains. Il témoigne également de la prédominance de l’économique sur le politique et des dégâts sociaux qui en découlent.

Photo : www.news.cn

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *