Commerce et travail décent, les réponses des partis

embobinerEn parallèle des apéros politiques de mars, le CNCD-11.11.11 a interrogé les partis politiques sur les différents thèmes abordés. Voici les réponses concernant la thématique “Commerce équitable et travail décent”, animée par Oxfam-Magasins du monde et achACT.

Menaces de délocalisations, pression à la baisse sur les salaires et dégradation des conditions de travail sont devenus le lot quotidien de la plupart des travailleurs, au Nord comme au Sud. Il en résulte une course au moins-disant social, selon laquelle les gouvernements cherchent tous à réduire les coûts de production, c’est-à-dire les salaires, les charges et les normes sociales, pour être plus compétitifs et attirer les firmes transnationales.

cdH

Le cdH propose l’instauration par l’UE d’un mécanisme d’écluses sociales, sanitaires et environnementales pour mettre sur pied d’égalité les produits européens et les productions extra-européennes. Un organisme international certifierait les processus de production des entreprises, sur base notamment des différentes normes internationales.
Les réponses en détail.

Ecolo

Pour Ecolo, il s’agit de renégocier les ALE et les règles de l’OMC afin de lutter contre le dumping et de promouvoir les intégrations régionales. Il s’agit également de renégocier les ABI entre la Belgique et des pays tiers, afin qu’ils soient plus équilibrés en faveur des pays du Sud et qu’ils contiennent un mécanisme de contrôle des clauses sociales et environnementales.
Les réponses en détail.

FDF

Le FDF propose d’inclure de manière systématique, dans tous les accords commerciaux internationaux, une série de normes sociales et environnementales à définir de manière précise. Mais il convient aussi d’améliorer le système, par exemple, en rendant contraignant l’arbitrage dans le cadre de la Convention du CIRDI, en renforçant la transparence et en instaurant un mécanisme d’appel.
Les réponses en détail.

MR

Le MR évoque le risque d’enclencher des conflits commerciaux en cascade dont les travailleurs et l’environnement se retrouveraient in fine être les premières victimes. Il estime que la multiplication des procédures en matière de respect des normes sociales et environnementales coûte beaucoup trop cher. Dans la majorité des cas, ce sont bien les entreprises qui doivent être protégées contre l’arbitraire des États, et pas l’inverse.
Les réponses en détail.

PS

Pour le PS, le contrôle du respect des normes sociales et environnementales doit être fait tant par les parlements nationaux des pays concernés que par le Parlement européen et les instances internationales compétentes telles que l’OIT (en collaboration avec les États).
Les réponses en détail.

PTB

Le PTB estime que les clauses d’arbitrage investisseurs-état sont absolument antidémocratiques, car elles mettent sur un pied d’égalité des entreprises trans- et multinationales et les volontés souveraines des populations.
Les réponses en détail.

Les réponses des partis concernant les autres thématiques sont disponibles sur le site embobiner.be

Partager!

Un commentaire sur “Commerce et travail décent, les réponses des partis

  1. Je trouve qu’il faudrait au contraire pousser les investisseurs locaux à plus investir plutôt que de vouloir attirer les investisseurs étrangers. Ce sont surtout ces derniers qui créent l’insécurité au sein du travail. En plus, ils ne pensent qu’à leurs bénéfices, ils feront volontiers travailler les employés excessivement avec pourtant un salaire très bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *