Coupe du Monde : du sport plutôt que des droits?

brazil

La Confédération syndicale internationale (CSI) vient de sortir un rapport sur les conditions de travail des ouvriers, la plupart migrants, qui construisent les stades de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Des journées de quinze heures, six jours par semaine, sous 50°C, des logements insalubres, de l’exploitation à la limite du travail forcé… ils sont des centaines à être morts à force d’épuisement ou d’accidents du travail. Il y a quelques mois, ces conditions désastreuses de vie et de travail avaient éclaté au grand jour, provoquant un vague d’indignation à l’échelle internationale. Aujourd’hui, la CSI constate que, malgré les critiques de l’opinion publique internationale, le gouvernement du Qatar n’a pas pris le problème à bras-le-corps, limitant son action à un exercice de relations publiques.

L’organisation d’une Coupe du Monde a un impact important pour le pays organisateur. De la construction des infrastructures à l’arrivée de milliers de spectateurs, des sommes pharamineuses sont dédiées à l’événement (11 milliards d’euros pour la Coupe du Monde au Brésil). L’impact sur les populations peut potentiellement être positif si tant est que les richesses produites à cette occasion ne le sont pas au détriment des citoyens et travailleurs, et sont donc équitablement redistribuées parmi la population. Les récentes manifestations au Brésil sont la preuve que ce n’est pas toujours le cas. Les conditions de travail sur les chantiers du Qatar n’augurent rien de bon non plus. La FIFA a pourtant le pouvoir d’exiger que le Qatar respecte les droits fondamentaux des travailleurs. Et le gouvernement belge peut également peser, en exigeant que les investisseurs belges au Qatar respectent le traité d’investissement Belgique-Qatar approuvé en 2012 contenant une clause sociale censée promouvoir les normes fondamentales du travail.

Signez la pétition mondiale sur www.rerunthevote.org !

Communiqué de presse de la Coalition belge pour le Travail Décent.

Selyn : quand la mer se retire…

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *