Quand la mer se retire…

10 ans après le Tsunami qui toucha le Sri Lanka, ce sont les témoignages des survivants et  le battage médiatique qui occupent encore les esprits. Pourtant des projets de commerce équitable, comme celui de Selyn, répondent sans matraquage aux besoins silencieux mais quotidiens des familles de tisserandes et couturières sri lankaises.

Selyn s’est créée en 1991 à l’initiative d’une avocate engagée pour développer une activité économique dans un pays touché par la guerre civile entre les séparatistes de l’ethnie tamoule et le gouvernement représentant l’ethnie majoritaire cingalaise.

De guerre en Tsunami, les métiers à tisser de Selyn n’ont cessé de se répandre.

Où qu’ils soient dans le pays, les conditions de travail dans les ateliers sont régulièrement vérifiées par Selyn, sur base des règles de l’Organisation International du Travail et d’exigences propres à l’organisation.

Une fois par semaine les artisans se réunissent pour décider ensemble des modalités de production d’une commande. Les prix des produits sont calculés sur base des heures de travail nécessaires. En pratique, les revenus que les tisserandes et couturières de Selyn sont supérieurs au salaire minimum légal du Sri Lanka.

L’évaluation du projet faîte dans le cadre de WFTO (World Fair Trade Organization) n’a pas mis en relief de travail des enfants, de travail forcé ou de discrimination. Dans les ateliers, les conditions de sécurité d’hygiène sont meilleures qu’ailleurs et des formations sont régulièrement organisées.

La notion de bien-être est même entrée dans la culture de l’organisation sous la forme d’ateliers participatifs qui permettent de se concerter pour améliorer ce qui peut l’être. Loin d’eux, des travailleurs sri lankais qui travaillent si durement au Qatar pour la Coupe du monde de football de 2022, n’en croiraient pas leurs yeux…

En effet, si Selyn montre qu’on peut faire du commerce sans vendre son âme, cela reste encore très minoritaire et trop mal connu. Une fatalité ? Plus grande qu’un Tsunami ?

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *