fbpx

Manger des pommes et des poires, oui, à condition que les autres ne soient pas gazées !

La crise politique avec la Russie porte actuellement un grave préjudice économique aux producteurs belges de pommes et de poires. La question qui brûle toutes les lèvres est de savoir comment ceux-ci vont pouvoir résister à un tel choc. En hâte se décident des politiques de soutien immédiat aux producteurs, et les consommateurs sont invités à consommer solidairement les produits belges qui, hier encore, s’en allaient vers des contrées plus lucratives. Au-delà du drame social qui se joue aujourd’hui, les évènements nous rappellent qu’il est véritablement nécessaire de se questionner sur l’orientation de notre agriculture.

À ce sujet, Oxfam-Magasins du monde vous invite à relire la réaction édifiante de Benny Van de Velde, Agriculteur bio et collaborateur chez Wervel vzw, à l’annonce de la réponse politique en Flandres.

Les poires sont cuites

Traduction de la lettre ouverte de Wervel en réponse à l’article “Fruitboeren mogen chemicaliën gebruiken om fruit van bomen te halen” (les producteurs de fruits peuvent utiliser des produits chimiques pour faire tomber les fruits des arbres) paru dans Knack Magazine le 27 août 2014.

Que le SPF Santé Publique autorise la Flandre à détruire chimiquement son surplus de poires est carrément choquant. La guerre économique dans laquelle s’est lancée l’UE avec la Russie se transforme en guerre chimique contre les poires en Flandre. Est-ce qu’un Docteur Méchant se manifestera bientôt pour proposer des stratégies d’élimination similaires afin de se débarasser du surplus de cochons ?

L’accord de coalition flamand, dont l’encre n’est pas encore sèche, annonce cependant concernant le gaspillage alimentaire que

Dans un monde où une personne sur huit souffre de faim chronique, la perte ou le gaspillage de nourriture et de matière première, autant au niveau de la production que de la chaîne de consommation, sont éthiquement inacceptables” et qu’“en collaboration avec le secteur alimentaire et les consommateurs, des plans d’actions seront développés pour empêcher préventivement et autant que possible des pertes de nourriture.

Que De Standaard rapporte cette nouvelle sans la moindre indignation fait mal. Les poires sont pulvérisées avec des pesticides? Qu’il en soit ainsi. En 2014, on s’indigne encore de la destruction de 2.000 hectares de poires? Cela doit représenter au moins 60.000 tonnes, ou dix kilos de poires par Flamand.

Plus grave encore, ce message nous parvient sans analyse sur la manière dont on en est arrivés là. Ni les médias ni les organisations agricoles ne peuvent ou ne veulent le faire. Personne ne va au-delà de jeter la responsabilité sur la Russie ou d’attirer la sympathie sur les agriculteurs concernés. Pourtant, la responsabilité de l’actuelle crise agricole n’est pas à imputer à Poutine, mais bien à l’agro-industrie et à nos propres autorités qui ont prôné un laisser-faire. Des producteurs de poires aux éleveurs de porcs, tous se retrouvent piégés dans le carcan des fournisseurs, des clients et des banques. Les agriculteurs devaient se spécialiser à plus grande échelle dans la production d’un seul produit (les poires Conférences ou les porcs Piétrain) à destination de l’export. Le choix qui leur était proposé était simple: prendre part à cette spécialisation ou arrêter. La crise des poires montre bien la vulnérabilité de ce système: les poires sont cuites pour la plupart des agriculteurs qui ont perdu leur autonomie dans ce système. Comment les politiciens peuvent-ils être fiers des milliards de produits alimentaires que la Flandre exporte alors que la valeur ajoutée dans le secteur agricole baisse depuis des années, avec la fermeture de centaines d’exploitations agricoles par an à la clé.

N’avons-nous pas pourtant plus besoin de davantage d’agriculteurs? Cela peut être le cas dans un modèle agricole qui dirige sa production vers les besoins locaux, sans rejeter ses coûts sur la société. Une agriculture avec LEE exprime un ancrage Local, en harmonie avec l’Environnement et avec une rémunération Equitable pour l’agriculteur [en néerlandais, LEF pour Lokaal, Ecologisch et Fair, LEF signifie aussi ‘courage’]. Les agriculteurs qui dirigent leur exploitation selon ces principes n’ont pas peur de Poutine et peuvent résister à bien d’autres crises du secteur agricole: scandales alimentaires, concentration du pouvoir par les supermarchés et les multinationales alimentaires ou encore prix planchers liés à la surproduction. Que ce soit les poires, les porcs, les oeufs, les pommes de terre, le lait ou les légumes: les agriculteurs qui s’inscrivent dans le courage nous prouvent leur résilience et leur capacité à se maintenir.

Les lobbys et les gouvernements font peu pour rendre accessible au grand public des produits locaux, écologiques et équitables.Ainsi ces produits sont restraint à unphénomène de niche . Auraient-ils un certain intérêt au statu quo? Cette crise est l’occasion de remettre en question notre système agricole. C’est pourquoi nous devons procéder à une vraie analyse critique des médias. Profitons de cette crise des poires pour promouvoir une agriculture courageuse.

Benny Van de Velde
Agriculteur bio et collaborateur chez Wervel vzw

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *