fbpx

Reconstruction de Gaza : le monde ne tient pas ses promesses

gaza_rubbles_0

Dans un rapport sur la reconstruction de Gaza après le conflit de l’an dernier, une coalition de 46 organisations humanitaires dont Oxfam s’alarme du manque de progrès : la communauté internationale doit absolument changer d’approche dans les plus brefs délais et tenir ses promesses.

Six mois après que les donateurs ont promis de verser 3,5 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza, la situation s’est dégradée pour une grande partie de la population et pas une seule des 19.000 habitations détruites n’a été reconstruite. 100.000 personnes n’ont toujours pas de toit, et beaucoup vivent dans des campements de fortune ou des établissements scolaires.

Vers un énième conflit

Selon le rapport « Sortir de l’impasse à Gaza : tracer une nouvelle voie », il faut s’attendre à un nouveau conflit, accompagné de l’inévitable cycle de destruction et de reconstruction à coups de financements internationaux, tant que la communauté internationale ne changera pas d’approche pour s’attaquer aux causes profondes du conflit. Les donateurs doivent exiger un cessez-le-feu permanent, la sanction des violations du droit international quel qu’en soit l’auteur et la fin du blocus israélien, qui enferme 1,8 million de Palestiniennes et Palestiniens dans la bande de Gaza et les isole de la Cisjordanie.

« Les discours prometteurs de la conférence des donateurs sont restés lettre morte, déplore Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam international. C’est à peine si la reconstruction a commencé et il n’y a eu aucun accord de cessez-le-feu permanent ni projet de mettre fin au blocus. En s’en tenant au statu quo tout en reconnaissant que la situation doit changer, la communauté internationale prend sciemment la direction d’un énième conflit, que l’on pourrait pourtant éviter. »

À ce jour, seuls 26,8 % des financements promis par les donateurs il y a six mois ont été débloqués. Même quand les fonds sont arrivés, nombre des projets de reconstruction n’ont pas encore commencé en raison des restrictions à l’entrée de matériaux essentiels imposées par le blocus. La majeure partie des 81 dispensaires et hôpitaux qui ont été endommagés n’ont pas encore reçu les fonds nécessaires à leur reconstruction, mais les rares qui disposent des financements n’ont pas les matériaux.

Plus de 400 attaques depuis le cessez-le feu

Depuis le cessez-le-feu temporaire, les violences à l’encontre des civils ont continué : plus de 400 attaques israéliennes contre Gaza ont été dénombrées, ainsi que quatre tirs de roquettes de Gaza sur Israël. Le rapport appelle toutes les parties à reprendre sans délai les négociations pour un cessez-le-feu durable. Il exhorte Israël à mettre fin à son blocus et à sa politique de séparation de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, mais aussi les responsables politiques palestiniens à se réconcilier et à donner la priorité à la reconstruction. Il engage en outre l’Égypte à ouvrir sa frontière à l’aide humanitaire.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *