Agroécologie & Souveraineté Alimentaire : des concepts réellement intelligents face aux défis à venir

La plupart des personnes impliquées dans la transition des modèles agricoles et alimentaires articulent les principes d’agroécologie et de Souveraineté Alimentaire. L’agroécologie est soit présentée comme un ensemble de savoirs et de pratiques permettant d’atteindre la Souveraineté Alimentaire, soit comme une fin en soi. Pour l’agroécologie et la Souveraineté Alimentaire l’alimentation n’est pas la seule préoccupation, elles se veulent toutes deux être un fer de lance pour transformer la société dans son ensemble. En cette fin d’année 2015, une série d’acteurs de la société civile belge actifs dans la défense et la promotion de l’agroécologie et de la Souveraineté Alimentaire travaillent à l’élaboration d’une stratégie citoyenne pour l’agroécologie et l’alimentation solidaire d’ici à 2020. Oxfam-Magasins du monde s’investi dans cette stratégie et profite de ce contexte pour réaffirmer son engagement pour la Souveraineté Alimentaire et son soutien au développement de l’agroécologie.

Rappel autour du principe de Souveraineté alimentaire

Présenté pour la première fois en 1996, lors du premier Sommet Mondial de l’Alimentation, la Souveraineté Alimentaire est un principe élaboré par le mouvement paysan international Via Campesina. Pour rappel, la Souveraineté Alimentaire est : « Le droit des peuples et des États à déterminer eux-mêmes leurs politiques alimentaires et agricoles, sans porter atteinte à autrui. Ce droit inclus :

  • Le droit à une alimentation de qualité, culturellement appropriée ;
  • Le droit à des revenus décents où les prix agricoles couvrent les coûts de production et permettent de vivre dignement d’une activité agricole ;
  • Le droit à l’accès et à une répartition équitable des moyens de production ;
  • Le droit de protéger et de réglementer la production et le commerce agricole afin qu’ils répondent aux attentes de la société et qu’ils respectent l’environnement. »

Initialement le principe de Souveraineté Alimentaire était réduit à un mouvement social « Sud » opposé aux multinationales internationales et aux productrices et producteurs du « Nord ». Mais avec le temps, ce mouvement social est devenu international et s’érige en opposant au système agroindustriel.

L’Agroécologie : plus qu’une pratique agricole

Quand on parle d’agroécologie, on pense d’abord à des pratiques agricoles durables telles que l’agriculture organique ou biologique, la permaculture, l’agriculture naturelle ou encore l’agriculture biodynamique. En effet, l’agroécologie plaide pour une production qui respecte les pratiques suivantes :

  1. Permettre le recyclage de la biomasse, optimiser la disponibilité de nutriments et équilibrer le flot de nutriments.
  2. Garantir les conditions de sol favorables à la croissance des plantes, en gérant en particulier la matière organique et en améliorant l’activité vivante du sol. Ceci suppose, une réduction drastique de l’usage d‘intrants externes tels que les engrais, les pesticides et le pétrole.
  3. Minimiser les pertes de ressources liées aux flux des radiations solaires, de l’air et du sol par le biais de la gestion microclimatique, la collecte d’eau, la gestion du sol à travers l’accroissement de la couverture du sol et le jeu des complémentarités territoriales en diversifiant les activités (notamment élevage-culture).
  4. Favoriser la diversification génétique et d’espèces de l’agroécosystème dans l’espace et le temps.
  5. Permettre les interactions et les synergies biologiques bénéfiques entre les composantes de l’agrobiodiversité de manière à promouvoir les processus et services écologiques clefs.
  6. Valoriser l’agro-biodiversité, comme point d’entrée de la re-conception de systèmes assurant l’autonomie des agriculteurs et la souveraineté alimentaire.

Mais outre ces aspects très techniques, l’agroécologie est un concept holistique qui englobe et dépasse les pratiques agricoles durables, énumérées ci-dessus. Le Groupe Interdisciplinaire de Recherche en Agroécologie (GIRAF) décrit l’évolution historique qu’a connue l’agroécologie ces dernières années : « Il n’existe […] pas une seule manière de définir et de travailler sur l’agroécologie. Cependant, l’évolution du champ d’action auquel se réfère la définition de ce concept fédérateur permet de distinguer historiquement trois temps : l’agro écologie des systèmes productifs au sens strict, l’agro écologie des systèmes alimentaires et enfin, l’agroécologie comme étude des rapports entre production alimentaire et société au sens plus large.1 »

En effet, face aux aberrations de l’agriculture industrielle, l’agroécologie présente des avantages sociaux et environnementaux supérieurs aux autres alternatives, eu égard aux défis du 21ème siècle.

Il y a 7 ans déjà, en avril 2008, l’IAASTD2 sortait un bilan scientifique global sur les méthodes de production et leur menacent sur l’environnement. Ce rapport de 400 scientifiques aboutissait, après quatre ans de travaux, à une conclusion sans appel : la production alimentaire telle que nous la pratiquons n’est pas durable. Six ans plus tard, en septembre 2014, la FAO abordait pour la première fois de manière directe le sujet de l’agroécologie en organisant un Symposium sur l’agroécologie. Au terme de ce Symposium, José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, déclarait : « Aujourd’hui, une fenêtre s’est ouverte sur ce qui a été pendant cinquante ans la cathédrale de la révolution verte ». Si certaines réserves peuvent être émises par rapport à ce symposium3, il importe de relever que la majorité des scientifiques, invités en tant que conférenciers experts, ont pointé l’agroécologie comme une alternative de transformation, et ont souligné son contenu social, politique, économique et culturel, en plus de son contenu technique. En février de cette année (2015) s’est tenu à Nyéléni au Mali, le Forum International sur l’Agroécologie. Le rapport de la déclaration de ce Forum4 consacre l’agroécologie comme pilier fondamental de toute politique agricole à travers le monde : « nous défendons l’agroécologie comme élément centrale permettant de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la pleine réalisation du droit humain et la souveraineté alimentaire».

Ces rapports soulignent le rôle fondamental joué par l’agroécologie dans l’accès à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la pleine réalisation du droit humain et la souveraineté alimentaire. Ils mettent également en évidence la capacité qu’a l’agroécologie de résoudre les défis à venir : changement climatique, raréfaction des ressources, demande croissante, enjeux sociaux, emploi, et impasse à l’OMC.

Une stratégie citoyenne belge pour l’agroécologie et l’alimentation solidaire

De plus en plus d’organisations actives dans la défense et la promotion de l’agroécologie et de la Souveraineté Alimentaire soulignent l’importance de favoriser l’accès aux produits de qualité respectueux des hommes et de l’environnement, à des personnes dont les ressources sont faibles et généralement discriminatoires en termes d’accès à une telle alimentation.

agroecologyinaction

Suite à diverses rencontres sur l’autonomie des paysannes et des paysans ainsi que sur l’alimentation durable et solidaire, une série d’acteurs de la société civile belge se sont rassemblés pour commencer à élaborer une stratégie qui vise  à renforcer l’alternative au système dominant.  Cette stratégie qui porte le nom « d’Agroecology in action » et rassemble des scientifiques, des ONG, des organisations et initiatives citoyennes de circuits courts, des mutuelles, des organisations d’aide alimentaire et de santé, des acteurs de la formation et de l’éducation permanente, des coopératives agricoles, de transformation ou de distribution, etc., vise à renforcer le mouvement social naissant pour l’agroécologie, la Souveraineté Alimentaire et l’alimentation solidaire.

Concrètement, « Agroecology in action » a plusieurs objectifs :

  1. Visibiliser toutes les initiatives ;
  2. Partager et diffuser les exemples les plus inspirants ;
  3. Echanger sur les connaissances et les pratiques existantes;
  4. Favoriser les rencontres et des projets nouveaux ;
  5. Réfléchir sur les changements politiques nécessaires pour la multiplication des projets d’agroécologie et d’alimentation solidaire.

L’idée de cette stratégie est d’avoir un échange de pairs entre acteurs belges, européens et d’apprendre des pratiques des pays du sud, lors de rencontres annuelles. La volonté est également de susciter des synergies entre ces acteurs, notamment au niveau belge, afin de multiplier les projets communs d’agroécologie et d’alimentation solidaire. Un des leitmotivs de cette stratégie est de s’organiser pour mieux combattre les politiques qui favorisent l’agro-industrie, l’agrochimie, la concentration agroalimentaire, la compétition internationale… et entravent l’agroécologie, la Souveraineté Alimentaire et l’alimentation solidaire. Dès lors, au cours des cinq prochaines années, le mouvement envisage de se structurer pour élaborer des revendications collectives, et visibiliser les initiatives existantes afin de renforcer le sentiment d’appartenance des différents acteurs et de participer à un réseau européen.

Si la crise alimentaire se retrouve à la croisée des chemins d’une crise systémique, le mouvement qui se met en place aux niveaux local, national et international autour de la Souveraineté Alimentaire et de l’agroécologie  nous montre que le système alimentaire peut, lui, être un terrain d’actions dont les effets bénéfiques impacteront les autres sous-systèmes de la société. L’année 2016, sera pour le mouvement d’Oxfam-Magasins du monde l’occasion de réaffirmer son implication au sein de ce mouvement social en mettant notamment les alternatives citoyennes du Sud et du Nord à l’agenda de ses moments de campagne et de mobilisation.

Sébastien Maes

Montrer 4 notes

  1.  GIRAF, « L’agroécologie : trajectoire et potentiel. Pour une transition vers des systèmes alimentaires durables », 2012
  2. Acronyme anglais de l’Évaluation internationale des connaissances, des sciences et des technologies agricoles pour le développement.
  3. Communiqué de Presse de La Via Campesina du mardi 30 Septembre 2014 : http://viacampesina.org/fr/index.php/les-grands-ths-mainmenu-27/agriculture-paysanne-durable-mainmenu-42/1005-symposium-international-de-la-fao-sur-l-agroecologie-a-rome
  4. Déclaration de Nyéléni 2015 : http://www.foodsovereignty.org/wp-content/uploads/2015/10/NYELENI-2015-FRANCES-FINAL-web.pdf

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *