Les “Fair Trade Towns” se sont réunies au Liban

À l’occasion de la Conférence internationale des « Fair Trade Towns » au Liban, Sophie Duponcheel, notre coordinatrice de la campagne des « communes du commerce équitable » est partie pour le Liban. INTERVIEW

fairtradetowns

Pourquoi est-ce que la conférence a-t-elle eu lieu au Liban ?

Parce que le Liban est l’exemple concret de l’importance de la campagne « Commune du Commerce Equitable » pour les pays producteurs. La campagne libanaise est soutenue par Fair Trade Lebanon (acteur principal du commerce équitable depuis 2006). Cette ONG soutient les activités des coopératives et permet l’ancrage des produits sur le marché local et international. Le travail de Fair Trade Lebanon est extraordinaire ; 9 villes sont titrées « Fair Trade Towns ». Pour le Liban, ce n’est pas seulement un titre, c’est surtout un indicateur concret de changement et une opportunité de développement pour les producteurs du pays !

Si je comprends bien, « Fair Trade Towns » regroupe de nombreux pays ? Il existe déjà de nombreuses villes dans le monde qui ont décidé de mettre le commerce équitable à l’honneur ?

Oui, c’est fantastique. Le mouvement international des « communes du commerce équitable » regroupe 28 pays du Nord et du Sud et il existe déjà plus de 1.800 villes titrées à ce jour (plus d’infos sur www.fairtradetowns.org).

La campagne est née en 2000, dans une petite ville du Sud de l’Angleterre.  C’est un groupe de bénévoles Oxfam qui en est à l’origine : frustrés du manque d’implication de leurs concitoyens, ils organisent un repas au cours duquel ils font signer aux églises, écoles, commerces, etc. une promesse de vente ou d’achat de produits équitables. Suivent un vote de la population puis une résolution du Conseil communal. Le succès des Fair Trade Towns britanniques est tel qu’il inspire peu à peu des acteurs en Europe, puis aux Etats-Unis et même en Australie. D’une initiative locale en Angleterre est né un réel mouvement qui se déploie partout dans le monde aujourd’hui.

Vous avez rencontré de nombreux producteurs libanais. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

Les témoignages des producteurs-trices libanais(es) et des citoyens libanais m’ont particulièrement touché. J’ai pu voir sur le terrain comment les communes qui s’engagent pour le développement du commerce équitable ont un impact direct sur les petits producteurs. Les productrices libanaises reçoivent une juste rémunération ce qui leur permet de développer leur activité à long terme et d’améliorer leur niveau de vie. Tout le monde y gagne : le producteur et le consommateur.

C’était un privilège pour moi de participer à cette conférence ! La joie des producteurs-trices de nous communiquer le changement qu’ils-elles ont connu grâce au commerce équitable est incroyable. Le Liban, un pays meurtri en raison des conflits externes et internes, est un pays qui détient une très grande richesse. La volonté et la motivation des Libanais pour lutter contre les injustices et la pauvreté est un exemple à suivre et une véritable source d’inspiration!

Régina, Libanaise de 22 ans : « Le commerce équitable est un outil concret de changement et de développement pour les producteurs de la région. Il est donc capital de valoriser la campagne Fair Trade Towns. Dans mon village de Baskinta, le commerce équitable permet de lutter contre les injustices, les inégalités et permet également aux paysans de rester sur leur terre et de pérenniser leurs activités ».

Une question concernant la conférence et/ou la campagne Communes du commerce équitable, n’hésitez pas à contacter Sophie : sophie.duponcheel@mdmoxfam.be

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *