Anurag Mittal (Pushpanjali) : “Il ne faut pas oublier que les petits changements font les plus grandes différences”

Anurag Mittal, directeur de Pushpanjali, était de passage chez Oxfam-Magasins du monde à la fin août, dans le cadre d’un voyage en Europe pour rencontrer plusieurs de ses partenaires. Interview.

img_8621

Racontez-nous comment votre organisation Pushpanjali est née ?

Pushpanjali est née en 1982 grâce à cinq producteurs. Des emplois dans le domaine de l’artisanat équitable ont alors pu se développer dans la région d’Agra, au nord de l’Inde. Actuellement, nous travaillons avec 150 artisans avec une proportion paritaire d’hommes et de femmes.

Quels produits vendez-vous ? Est-ce un savoir-faire traditionnel ?

Le produit que nous vendons le plus est le foulard en coton mais nous vendons aussi des bijoux, des sacs et des objets en saponite. Notre savoir-faire est traditionnel et les techniques de broderie et de la pierre à savon remontent à l’Empire moghol bien qu’elles se modernisent peu à peu.

Quelles matières premières utilisez-vous et d’où proviennent-elles ? Votre mode de production est-il respectueux de l’environnement ?

Les matières premières des sacs et des foulards viennent du sud de l’Inde car c’est là que se trouve la production de coton. Quant aux mines de la pierre à savon, elles se trouvent dans le nord et nord-ouest du pays (Uttar Pradesh et Rajasthan). Tous nos produits sont respectueux de l’environnement et portent le « label vert ». Ce label vaut également pour plus de 90% des emballages que nous utilisons.

Quels sont les objectifs principaux de l’organisation et quels projets pouvez-vous mettre en place grâce aux profits du commerce équitable ?

Tout d’abord, le commerce équitable joue un rôle important dans la vie de nos artisans car ils bénéficient d’une source de revenus supplémentaire  ainsi que d’une meilleure qualité et stabilité de vie. Nous encourageons l’émancipation des femmes afin qu’elles puissent bénéficier d’une certaine autonomie financière. Nous soutenons également l’accès à l’éducation pour les enfants des artisans et les personnes défavorisées. Par exemple, nous avons créé un programme de formation à l’informatique et au numérique. Nous avons aussi mis en place un camp médical qui est ouvert le 18 de chaque mois dans un village. Les soins sont gratuits et accessibles aux familles des artisans et aux personnes vivant dans la pauvreté.

Oxfam-Magasins du monde est-il un partenaire important pour Pushpanjali ?

Oui, je dirais que c’est un partenaire important car c’est entre autres grâce à Oxfam Grande-Bretagne que Pushpanjali a pu voir le jour. Cela fait maintenant presque 18 ans que nous travaillons ensemble. Oxfam est donc devenu plus qu’un partenaire commercial.

Quel message adresseriez-vous à nos bénévoles et aux sympathisants du commerce équitable ?

Je pense qu’il est important que les consommateurs soutiennent davantage le commerce équitable afin que les bénéfices soient destinés aux personnes qui en ont besoin et qui le méritent. En effet, de nombreux artisans veulent s’investir dans le commerce équitable mais nos ressources et nos débouchés sont malheureusement limités. Nous ne pouvons donc pas accepter plus d’artisans pour le moment. Les bénévoles font un travail remarquable. Ils font partie du changement en sensibilisant les gens au commerce équitable car il ne faut pas oublier que les petits changements font les plus grandes différences.

 

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *