Renouveler son bénévolat : bonne idée ! Mais par où commencer ?

Comme beaucoup d’autres organisations du même type, Oxfam-Magasins du monde doit tenir compte de l’évolution de son bénévolat. Plusieurs études font apparaître de nouvelles attentes et de nouvelles manières de fonctionner des bénévoles. Ces nouvelles demandes doivent être confrontées aux besoins de l’organisation, eux-mêmes en évolution, et la meilleure concordance doit être recherchée. Cette analyse donne des pistes pour aller dans cette direction.

Introduction

Dans la plupart des organisations ayant recours au bénévolat, le constat depuis quelques années1 est le suivant : les bénévoles réguliers s’engagent moins mais préfèrent paradoxalement s’engager dans plusieurs organisations plutôt que de façon exclusive dans une seule.

Des évolutions sociologiques dans le profil des bénévoles sont également en cours : des bénévoles vieillissants ayant des difficultés à remettre en cause leurs formes d’action, des jeunes (18-28 ans) prêts à s’engager davantage qu’auparavant, et des « jeunes grands-parents » très sollicités pour s’occuper des petits-enfants.

Face à ces différents paramètres, et vu la difficulté grandissante de recruter de nouveaux profils, les organisations se mettent à la recherche de nouvelles formes de mobilisation pour renouveler leur bénévolat.  Mais par où commencer ?

Cette analyse présente une réflexion permettant de structurer au mieux une offre de bénévolat, en prenant pour exemple Oxfam-Magasins du monde.

Elle se basera sur un aller-retour entre les besoins de l’association et les besoins et attentes des bénévoles. Des pistes de réflexion plus concrètes confrontant ces deux réalités seront ensuite proposées. L’analyse « Un bénévolat en Transition – Quelles évolutions pour le bénévolat chez Oxfam- Magasins du monde ? Regard croisé avec d’autres organisations » traite également ce sujet mais en ciblant les changements liés aux relations avec le Mouvement de la Transition et en analysant la manière d’organiser le bénévolat de deux autres organisations.

Les besoins de l’organisation

Pour déterminer une offre de bénévolat, il est essentiel de partir des besoins de l’organisation pour, ensuite, décrire les rôles à pourvoir2. Ces besoins varient bien sûr d’une organisation à l’autre en fonction de leurs missions.

Dans le cas d’Oxfam-Magasins du monde, il apparaît important de repartir de la définition et de la vision de l’organisation.

Ainsi, dans son plan quinquennal 2017-2021 relatif à l’Education Permanente, Oxfam-Magasins du monde se définit comme un mouvement de citoyen-ne-s belges francophones qui agit contre l’injustice économique en développant un modèle alternatif de commerce (commerce équitable et vêtements de seconde main).

Il a également pour intention de former les citoyens à développer leur esprit critique et leur compréhension des enjeux mondiaux afin qu’ils se mobilisent ensuite, deviennent acteurs de changement et participent à la démocratie économique. « Oxfam-Magasins du monde entretient, renforce et fait vivre une identité de mouvement de bénévoles inclusif, démocratique et participatif. »3

La place des bénévoles est donc une base essentielle, un fondement de l’organisation.

Le plan stratégique 2020, voté le 6 juin 2015 lors de son Assemblée Générale, dote l’organisation de 3 « nouveaux » axes stratégiques pour les 5 années à venir :

  • Déployer le mouvement, c’est-à-dire susciter davantage d’adhésion aussi bien de la part des bénévoles que du grand public.
  • Développer l’esprit Nouvelle Terre : jusqu’à présent, Oxfam-Magasins du monde était surtout un mouvement de bénévoles qui géraient un réseau de magasins de commerce équitable et de vêtements de seconde main. Ce concept « Nouvelle Terre » vise à ouvrir le réseau de magasins vers d’autres initiatives locales partageant les mêmes valeurs de consommation responsable et durable. Il s’agit donc de s’ouvrir vers l’extérieur pour notamment créer des collaborations avec d’autres associations.
  • Prendre place dans le Mouvement de la Transition et développer une société plus éthique : Le Mouvement de la Transition a pour volonté de changer la société pour la rendre plus juste et plus durable. Oxfam-Magasins du monde ne souhaite pas agir de manière isolée, mais bien s’inscrire comme une alternative dans ce réseau d’initiatives citoyennes.

Ces deux derniers axes représentent des éléments neufs dans l’histoire de l’organisation. Pour y parvenir, une ouverture vers l’extérieur et la création de collaborations avec d’autres associations sont nécessaires afin de créer des projets porteurs d’avenir. Certains projets ont d’ailleurs déjà vu le jour en 2015-2016. C’est le cas à Anderlecht, avec une collaboration entre la Ferme Nos Pilifs, Oxfam-Solidarité et Oxfam-Magasins du monde ou à Virton où l’équipe de bénévoles a choisi de participer à l’Epi Lorrain, la monnaie locale et de devenir comptoir de change.

Enfin, pour répondre à cette définition de l’organisation et à son but de changement social, Oxfam-Magasins du monde s’est également doté de trois leviers d’action :

  • Un levier « alternatives» : on y retrouve la mise en place d’alternatives économiques concrètes telles que le commerce équitable, le commerce de seconde main ainsi que les nouveaux projets « Nouvelle Terre ».
  • Un levier « éducation »: s’inscrivent dans ce levier toutes les actions d’information, de sensibilisation, de mobilisation mises en place afin de toucher les citoyens et les consommateurs, aussi bien bénévoles que grand public. Il s’agit par exemple des animations dans les écoles, des campagnes de sensibilisation annuelle, etc.
  • Un levier « rapport de force »: avec des actions à destination des responsables politiques et économiques, comme par exemple lors de campagnes avant les élections, moments idéaux pour interpeller des candidats.

Synthétiser ainsi les fondements de l’organisation, ses axes stratégiques et les moyens qu’elle se donne pour y parvenir permet d’avoir une meilleure vision de ce que l’organisation souhaite développer.

Ainsi à la lecture de l’exercice réalisé au sein d’Oxfam-Magasins du monde, il est clair que le bénévole y a une place importante, puisqu’il appartient à un mouvement qui se veut inclusif, démocratique et participatif. Les trois leviers d’action évoqués ci-dessus permettent de cibler trois profils de bénévoles, que nous résumons dans le tableau ci-dessous.

Levier Alternatives Education Rapport de force
Type de bénévoles « Le bénévole en magasin »
Vu le nombre de tâches à réaliser, il existe plusieurs profils au sein de cette même fonction. « Le sympathisant actif » (activité plus individuelle et ponctuelle)
« Le sensibilisateur » Deux types de sensibilisateurs : le sensibilisateur en magasin et hors magasin. « Le militant » = profil à créer ?
Missions actuelles des bénévoles Gestion collective d’un magasin de commerce équitable, de vêtements de seconde main ou des deux.,Actions ponctuelles soutenant les alternatives que sont le commerce équitable et solidaire. = par exemple les organisateurs de petits déjeuners Oxfam. Développer une prise de conscience des enjeux de société et se mettre en action :,-Par des campagnes de sensibilisation,-Par des animations de groupes. Actes d’interpellation
politique Dénonciation des
pratiques
Nouveautés du plan stratégique Prendre place dans le mouvement de la Transition et projets Nouvelle Terre demandant ouverture vers l’extérieur, liens avec d’autres alternatives et recherche de complémentarité avec d’autres projets. Les campagnes de sensibilisation et les animations de groupes touchent maintenant à des sujets ayant trait aussi bien au Nord qu’au Sud Le rapport de force se joue également au niveau local, notamment par la campagne Communes du Commerce Equitable (CDCE).

Cette analyse au sein de l’organisation permet déjà de voir apparaître trois types de bénévolats souhaités. Nous sommes cependant encore loin d’une vision claire et détaillée de l’offre à proposer. Ces profils mériteraient d’être précisés et complétés, notamment à la lumière de ce que les bénévoles renvoient à l’organisation.

Pistes de réflexion liées aux attentes et besoins des bénévoles

Trois principaux types de bénévoles adultes se sont dégagés au fil des années au sein d’Oxfam-Magasins du monde : les bénévoles en magasin, les sensibilisateurs et les sympathisants actifs.

Après une rapide description de leur rôle actuel dans l’organisation, nous analyserons les éléments importants à prendre en compte au niveau de leurs attentes en tant que bénévoles.

Les bénévoles d’Oxfam-Magasins du monde

Les bénévoles « en magasin » représentent la plus grande partie des bénévoles d’Oxfam-Magasins du monde. Ils participent à la gestion quotidienne d’un magasin de commerce équitable ou de vêtements de seconde main. Structuré de façon collective, ce bénévolat met l’accent sur la gestion démocratique en équipe et sur l’autonomie. Ces bénévoles sont en grande majorité (86.10%) des femmes, dont la moyenne d’âge est de 63 ans, disposant pour la grande majorité d’un diplôme de l’enseignement supérieur et étant pour la plupart pensionné.e.s. Leur ancienneté moyenne est de 7,84 ans.

Les « sensibilisateurs » ont quant à eux comme mission de mener des actions de sensibilisation et d’information du public. Deux types de sensibilisateurs ont progressivement vu le jour : ceux qui font de la sensibilisation en magasin, et ceux qui font des animations à l’extérieur, dans des écoles ou dans des lieux en demande d’une formation sur le commerce équitable et les enjeux auxquels il répond. Ces sensibilisateurs font la plupart du temps partie d’une équipe en magasin, et participent activement à la vie d’équipe et aux tâches de gestion quotidienne du magasin.

Enfin, le « sympathisant actif »  est une personne qui répercute les messages d’Oxfam-Magasins du monde dans son environnement proche, personnel ou professionnel, sans pour autant être impliquée dans une équipe. Il s’agit ici d’un bénévolat plus individuel, où les personnes utilisent régulièrement ou occasionnellement les outils de sensibilisation proposés par l’organisation. Se retrouvent par exemple dans cette catégorie les organisateurs de petits déjeuners Oxfam ou les enseignants utilisant les outils pédagogiques de l’organisation au sein de leur école. Environ 500 personnes appartiennent à cette catégorie. Il s’agit en grande partie de femmes (71%), dont la moitié sont impliquées dans le monde scolaire et un peu moins de la moitié sont des client.e.s régulier.e.s des magasins. Leur âge moyen est de 43 ans.

Caractéristiques du bénévolat

A l’exception des sensibilisateurs, chacun de ces groupes de bénévoles a fait l’objet d’une évaluation externe en 2015 et 2016. Ces évaluations, menées en grande partie par des experts indépendants, permettent à l’organisation de se remettre en question, d’approfondir ses liens avec ses bénévoles.

Les motivations liées au bénévolat

Dans l’étude « Les moteurs de l’engagement dans un mouvement citoyen » réalisée en 2013 au sein d’Oxfam-Magasins du monde,  les motivations principales du bénévole sont : « le besoin de pouvoir assumer des responsabilités, d’évoluer dans une équipe en lien avec d’autres personnes, le besoin de pouvoir s’exprimer et être écouté. »4

Ces différents éléments se retrouvent dans les différentes enquêtes réalisées en 2015 et ont ainsi été exprimés par les bénévoles en magasin sous les termes suivants : sont vus comme points positifs  « les contacts avec les autres, les valeurs et normes d’Oxfam qu’ils peuvent mettre en pratique, la collaboration en équipes, l’impression de se sentir utile, et le sentiment positif qu’ils perçoivent lors de la vente de produits. » 5

Ainsi, la vie d’équipe et le contact avec les autres sont soulignés comme des points positifs, mais représentent également une difficulté. En effet, le bénévolat collectif est important. Il s’agit de s’organiser en équipe pour faire vivre un magasin de façon démocratique. Cela répond bien sûr au besoin d’appartenance à un groupe, mais peut représenter une difficulté, notamment quand l’équipe ne parvient pas à trouver un moyen de fonctionner qui agrée tous ses membres.

Il est donc essentiel que l’organisation prenne cette dimension en compte et ne la perde pas de vue. Dans le cas d’Oxfam-Magasins du monde, cette question est abordée par le Plan Dynamique des Bénévoles6.

De même, il est important de tenir compte du vécu des sensibilisateurs. Lors d’une formation sur l’animation à la citoyenneté mondiale et solidaire organisée par Oxfam-Magasins du Monde en novembre 2016, les sensibilisateurs présents ont évoqué la difficulté de rester motivé sur le long terme et surtout de parvenir à convaincre les autres membres de l’équipe que ces activités sont importantes et qu’il serait bon d’être plus nombreux pour les réaliser. L’impression de travailler seul et le besoin d’être à plusieurs pour ces activités est largement reconnu. Cette demande répond à leur besoin d’appartenance à un groupe. Cette demande n’est pas à négliger, mais bien à prendre en compte dans la future offre de bénévolat, sous peine de perdre leur adhésion au projet.

Une autre difficulté largement soulignée dans l’enquête relative au bénévolat en magasin est, comme pour les sensibilisateurs, la difficulté de rester motivé sur le long terme. Celle-ci est à mettre en lien avec le sentiment d’utilité, élément essentiel pour fidéliser les bénévoles7. C’est pourquoi il est primordial pour l’organisation de communiquer sur ses résultats concrets, de montrer aux bénévoles que leur action a un impact notamment au niveau local.

Ce sentiment d’utilité se retrouve dans les points positifs de l’évaluation des bénévoles en magasin. Par contre, ces mêmes bénévoles soulignent l’impression qu’Oxfam-Magasins du monde « ne tient pas ses promesses ». Il serait certainement intéressant d’approfondir cette question, de voir en quoi certains bénévoles peuvent être déçus de l’action de l’organisation. Le bénévolat n’est pas qu’un don. C’est également un échange8. Pour maintenir l’enthousiasme, il faut que cet échange soit tangible !

En effet, cela peut avoir des effets sur le long terme et pourrait être une raison de désaffection de certains bénévoles.

L’investissement des bénévoles

La Croix Rouge de Belgique distingue trois niveaux d’engagement9 :

  • les bénévoles « très impliqués » qui exercent une ou plusieurs activités et assument des responsabilités ;
  • les bénévoles réguliers qui ont un rôle bien défini et prennent part à la vie de l’organisation ;
  • les bénévoles occasionnels, qui mènent des activités ponctuelles.

Ces trois types d’investissement doivent être pris en compte dans la constitution d’une offre de bénévolat.  Avoir une offre variée permet en effet l’adhésion d’un plus grand nombre de personnes, Encore faut-il que cela réponde aux missions de l’organisation.

Dans le cas particulier d’Oxfam-Magasins du monde, ces trois possibilités existent tout en recouvrant des offres différentes. Ainsi, pour être bénévole en magasin, il faut de facto être prêt à investir plus de temps. L’enquête en magasin montre en effet qu’en moyenne un bénévole y consacre 16 heures par mois mais que cela peut aller jusqu’à 50 heures par mois pour les plus assidus. Un sympathisant actif par contre s’investit à la carte, de façon régulière ou ponctuelle en fonction du type d’activités qu’il choisit. Fait intéressant à relever : malgré ce bénévolat plus ponctuel, à la carte et individuel, le sympathisant actif se sent quand même partie prenante d’Oxfam-Magasins du monde.

L’investissement en temps, quoique variable en fonction des types de bénévolat, doit également être analysé en fonction des difficultés qu’il crée. Ainsi, les bénévoles en magasin signalent une difficulté pour concilier leur vie de bénévole et leur vie privée. Cette question revient également au niveau des sensibilisateurs. Dans l’évaluation des actions menées en 2015, une diminution des animations, par rapport à l’année précédente, est actée. Cette diminution s’explique entre autres par la multiplicité des tâches prises en charge par les sensibilisateurs, la sensibilisation n’étant pas leur seule activité au sein de l’équipe.

Cette question du temps est donc un élément essentiel à prendre en compte dans la description de l’offre de bénévolat.

Il s’agit ici de créer une offre plus souple, répondant aussi bien aux besoins des bénévoles qu’à ceux de l’organisation. Au niveau du bénévolat en magasin, c’est notamment l’objectif visé par le Plan Dynamique des Bénévoles.

Le « zapping »

Jacques Bastin10 souligne qu’actuellement les bénévoles sont moins prêts à s’engager de façon exclusive dans une organisation. Ils préfèrent ainsi partager leur temps entre plusieurs organisations, quitte à changer en fonction de leurs envies.

Anne-Marie Dieu relève également ce phénomène mais le nuance : « une partie non négligeable des volontaires restent engagés dans la même organisation pendant des années et y sont donc fidèles. A côté de ce « noyau » de fidèles, les responsables d’associations constatent des entrées et sorties rapides (dans les deux premières années de l’engagement). Il s’agirait de volontaires qui n’ont pas « trouvé leur place » dans l’association ou douteraient de l’efficacité de leur action. » 11

Nous retrouvons ces observations au sein du bénévolat d’Oxfam. Plus de deux tiers des bénévoles en magasin et des sympathisants signalent être actifs dans d’autres organisations et par ailleurs nous remarquons une grande fidélité des bénévoles dont l’ancienneté évolue au fil du temps : elle est d’un peu plus de 7 ans en 2015, alors qu’elle était d’environ 5 ans en 2010.

Conclusions

Au terme de cette analyse des besoins de l’organisation et des besoins et attentes des bénévoles, nous voyons combien il est important de prendre ces deux dimensions en compte pour ensuite les confronter.

Nous n’avons pas analysé les raisons qui motivent les départs des bénévoles. Ce travail serait également utile pour identifier des pistes pour renforcer l’adhésion. Cela demanderait un meilleur suivi de la part de l’organisation mais permettrait de voir si les départs sont dus à des raisons personnelles ou à des « failles » de l’organisation qui n’aurait pas rencontré les attentes du bénévole.

Pour Oxfam-Magasins du monde, la sensibilisation est un élément important. Il s’agit d’une action qui se retrouve dans l’ADN même de l’organisation. Pourtant cette activité a du mal à se développer, les bénévoles « sensibilisateurs » se sentent isolés, happés par les activités liées à la vie du magasin. Les bénévoles en magasin ne jugent pas cette activité comme importante.

De même le profil de militant ne se retrouve nulle part dans l’évaluation actuelle des bénévoles.

Enfin, les projets Nouvelle Terre et la volonté de s’ancrer dans le Mouvement de la Transition sont des dimensions nouvelles à prendre en compte. Pour que les bénévoles puissent progresser avec les changements demandés par l’organisation, il est nécessaire de mettre en place un processus démocratique et participatif permettant aux bénévoles de s’exprimer face à ces changements d’orientation. Ce fut le cas lors de la réalisation du plan 2020. De même l’analyse « Changement de projet : un renouvellement dans l’équipe ? » étudie l’impact des nouveaux projets sur les bénévoles. Ses conclusions seront à prendre en compte dans la future description de l’offre de bénévolat.

Ces différents constats nous amènent à proposer les pistes de réflexion suivantes :

L’organisation évolue au fil de ses ambitions. Certains bénévoles y sont rétifs alors que ces projets ont été discutés lors d’un processus participatif. Pour conserver leur adhésion et pour stimuler l’adhésion de nouveaux publics, il faudrait agir de façon souple, en acceptant d’un côté que certains soient actifs uniquement dans des fonctions liées à la gestion d’un magasin, mais de l’autre côté en encourageant les nouveaux à intégrer des fonctions liées aux nouveaux projets. Pour ce faire, il est essentiel que le candidat bénévole reçoive une présentation claire des missions de l’organisation et des différents moyens et métiers pour agir au sein d’Oxfam-Magasins du monde. Cela permettrait de ne pas orienter directement le candidat vers une équipe en magasin mais bien d’ouvrir le champ des possibles vers les autres types de bénévolat.  L’amélioration de la procédure d’accueil fait d’ailleurs partie des priorités pour Oxfam-Magasins du monde.

Plus spécifiquement au niveau de l’offre de sensibilisation, il apparait important de la mettre en avant et de la structurer. En effet, le besoin d’appartenance à un groupe étant une motivation essentielle du bénévolat, il serait dès lors utile de proposer un pôle de sensibilisateurs actifs sur une même région. Cela leur permettrait de vaincre ce sentiment d’isolement, de pouvoir partager leurs expériences et de mener des actions à plusieurs. Ce pôle pourrait de plus être en lien avec les équipes en magasin et compléter leurs actions à la demande, enrichissant et renforçant ainsi les actions des uns et des autres.

Il est également important que l’organisation se positionne sur la place à donner au bénévole « militant ». Est-ce réellement une volonté de l’organisation de faire du lobby, d’interpeller les pouvoirs publics et entreprises ? Si oui, est-elle prête à y mettre des moyens ? Situer ce type de bénévolat en termes d’investissement et de motivations a également toute son importance.

Enfin, le bénévolat étant surtout à voir comme un échange, il est essentiel de définir clairement ce que le bénévole peut attendre de l’organisation, aussi bien en termes d’apport (formations, outils, etc.) qu’en termes relationnels. Créer ou renforcer le lien entre les employés et les bénévoles revêt ici toute son importance.

Ces éléments seront bien sûr à compléter avec les conclusions de l’analyse « Un bénévolat en Transition. Quelles évolutions pour le bénévolat chez Oxfam- Magasins du monde ? Regard croisé avec d’autres organisations… ». Celle-ci s’inspire d’autres organisations pour donner des pistes afin de renforcer l’adhésion des bénévoles.

Toutes ces questions et réflexions permettront ainsi à l’organisation de créer des profils détaillés, proches de la réalité, en confrontant ses nouveaux profils à l’avis des bénévoles actuels afin de les compléter le plus finement possible.

Sylvie Dossin
Décembre 2016

Sources

BASTIN J., (mai 2016), L’offre aux sympathisants actifs d’Oxfam-Magasins du monde – Rapport d’évaluation.

BIDEE J., GRIEP Y. ; (2015) Oxfam-Magasins du monde : Rapport sur l’enquête de satisfaction ; VUB

VAN DER ELST C., MAILLEUX E., ROEGIERS H. (2013)  « Les moteurs de l’engagement dans un mouvement citoyen » Etude 2013 – Oxfam-Magasins du Monde

DIEU A-M. ; (2011) Le processus de l’engagement volontaire et citoyen : des valeurs, des individus et des associations : http://www.cesep.be/PDF/ETUDES/ENJEUX/processus_engagement_volontaire.pdf

Croix Rouge de Belgique (2011), Guide pratique Gestion du Volontariat.

-Plan stratégique Oxfam 2020 (2015) : https://www.oxfammagasinsdumonde.be/a-propos/#.VwUvGk1JlD8

Oxfam-Magasins du monde,(2016) Plan quinquennal 2017-2021 relatif à l’Education Permanente

Montrer 11 notes

  1.  BASTIN J., (mai 2016), L’offre aux sympathisants actifs d’Oxfam-Magasins du monde – Rapport d’évaluation, p.29
  2. Croix Rouge de Belgique (2011), Guide pratique Gestion du Volontariat, p.27.
  3. Oxfam-Magasins du monde,(2016) Plan quinquennal 2017-2021 relatif à l’Education Permanente, p.43.
  4. VAN DER ELST C., MAILLEUX E., ROEGIERS H. (2013)  « Les moteurs de l’engagement dans un mouvement citoyen » Etude 2013 – Oxfam-Magasins du Monde, p.21.
  5. BIDEE J., GRIEP Y. ; (2015) Oxfam-Magasins du monde : Rapport sur l’enquête de satisfaction ; VUB, p.41
  6. Ce plan, actualisé en 2016, a pour objectif de construire un socle commun sur lequel chaque équipe peut élaborer son mode de fonctionnement en fonction de sa réalité et de ses compétences locales, et ainsi construire son autonomie sans pour autant imposer un modèle rigide.
  7. DIEU A-M. ; (2011) Le processus de l’engagement volontaire et citoyen : des valeurs, des individus et des associations
  8. Croix Rouge de Belgique (2011), Guide pratique Gestion du Volontariat, p.22.
  9. Croix Rouge de Belgique (2011), Guide pratique Gestion du Volontariat, p.20.
  10. BASTIN J., (mai 2016), L’offre aux sympathisants actifs d’Oxfam-Magasins du monde – Rapport d’évaluation, p.29.
  11. p.20

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *