Oxfam Magasin du monde

Le pouvoir citoyen contre la pauvreté

Oxfam dans la tourmente (mise à jour du 08/03/2018)

Depuis le 9 février 2018 et la parution dans le journal britannique The Times, Oxfam est au cœur d’une forte attention médiatique, en Grande-Bretagne et dans le monde entier. Beaucoup de choses ont été écrites ou ont pu être dites. Nous avons reçu beaucoup d’interpellations, parfois pour exprimer de l’indignation, d’autres fois un soutien, souvent pour nous demander des précisions. Nous avons tenté d’y répondre au mieux.

Il nous paraît important de faire le point – long mais essentiel – sur ce qu’il s’est passé, tant sur les erreurs passées que sur les dispositifs mis en place pour que les abus de toute nature ne puissent pas se répéter. Les actes dénoncés sont à l’exact opposé de nos valeurs. Nous sommes conscient.e.s que ces comportements inacceptables mettent à l’épreuve la confiance du public à notre égard. Nous voulons désormais tout mettre en œuvre afin de faire toute la transparence, de rétablir et de maintenir la confiance.

L’intervention humanitaire d’Oxfam en Haïti

Le 12 janvier 2010, Haïti est frappée par un tremblement de terre d’une gravité sans précédent, provoquant la mort de 220.000 personnes, en laissant 1,5 million d’autres sans abris et le pays détruit.

Oxfam, présente en Haïti depuis 1978 pour y soutenir les populations sur des programmes de développement, est intervenue en urgence afin d’apporter un soutien vital au plus grand nombre d’Haïtien.ne.s . 1,2 million de personnes ont bénéficié d’une aide par le biais de l’équipe d’Oxfam, composée d’environ 1 000 salarié.e.s locaux et internationaux. Cette intervention a permis la construction d’abris, la distribution de nourriture. 300 millions de litres d’eau potable ont été distribués, notamment pour permettre d’endiguer la propagation du choléra.

Au cours de la mission, des suspicions concernant neuf membres de l’équipe, dont le directeur pays d’Oxfam en Haïti, Roland van Hauwermeiren, ont été remontées auprès d’Oxfam Grande-Bretagne (OGB), l’affilié qui était en charge de ces opérations sur le terrain. Les accusations portaient alors sur des risques de fraude, d’intimidation et de comportements sexuels répréhensibles, dont le recours à des prostituées dans les locaux de l’organisation.

Une équipe a été envoyée en Haïti par Oxfam Grande-Bretagne pour enquêter sur le comportement du directeur pays qui a rapidement reconnu les faits, notamment le recours à des prostituées. Avec la collaboration du directeur pays, l’enquête a ensuite porté sur les autres membres suspectés de l’équipe.

L’enquête a révélé que sept membres (sur neuf suspectés) de l’équipe d’Oxfam en Haïti avaient bien eu des comportements répréhensibles, dont le recours à des prostituées, et des cas d’intimidation et de menaces ont été confirmés. Quatre personnes ont été renvoyées. Deux personnes ont démissionné avant la fin de l’enquête. Suite à sa pleine collaboration au cours de l’enquête, Oxfam Grande-Bretagne a accepté la démission du directeur pays, Roland van Hauwermeiren.

L’enquête menée en 2011 par Oxfam-UK n’a pas rapporté de cas de prostitution impliquant des mineures.

L’enquête a révélé qu’il n’y avait pas eu de détournement des fonds destinés à la réponse humanitaire en Haïti à des fins personnelles, notamment pour payer les prostituées. Plusieurs audits externes ont été réalisés concernant le programme en Haïti à cette époque et ont conclu qu’il n’y avait pas eu de fraude. L’équipe d’enquête a été particulièrement vigilante à ce sujet, au regard des montants collectés pour faire face aux conséquences du tremblement de terre.

Au cours de l’enquête, les informations ont été transmises à la Charity Commission, organe règlementaire des ONG en Grande-Bretagne, au Ministère britannique de la coopération au développement et aux institutions publiques qui finançaient l’intervention d’urgence d’Oxfam en Haïti, c’est-à-dire, l’UE, l’OMS et diverses agences des Nations Unies.

Cette enquête a également été rendue publique à l’époque. Oxfam Grande-Bretagne a publié un communiqué de presse au moment de l’ouverture (05/08/2011) et de la clôture de l’enquête (05/10/2011).

La prostitution est illégale en Haïti. Pourquoi Oxfam Grande-Bretagne n’a pas contacté la police haïtienne ?

Oxfam Grande-Bretagne aurait dû prévenir les autorités haïtiennes. Oxfam GB a envisagé de contacter la police locale à l’époque. Mais étant donné la nature des accusations et la situation chaotique du pays suite au tremblement de terre, les conseils juridiques reçus sur place y étaient défavorables (aucune suite n’aurait été donnée à une telle requête). Ne pas le faire immédiatement était une erreur, également motivée par la nécessité de poursuivre le programme en cours. La réponse d’Oxfam GB n’a pas été à la hauteur des standards que nous prônons aujourd’hui.

Pourquoi le directeur pays d’Haïti de l’époque (le Belge Roland van Hauwermeiren) n’a-t-il pas été licencié ? Est-ce que le fait qu’il ait « collaboré pleinement à l’enquête » constitue une raison suffisante à ce traitement indulgent ?

Dès le début de l’enquête interne, le directeur pays d’Haïti a avoué avoir eu recours à des prostituées et a assumé l’entière responsabilité des événements survenus sous sa direction. Suite à sa pleine collaboration à l’enquête interne menée par Oxfam Grande-Bretagne, Oxfam GB a accepté sa démission. Cette décision a été prise afin de pouvoir identifier tous les hommes impliqués, et de mettre fin aussi rapidement que possible aux faits incriminés.

D’autres collaborateurs concernés ont également démissionné. Sur ce point, il est important de préciser qu’Oxfam-Grande Bretagne n’a pas cautionné le départ de personnes impliquées dans une enquête interne en cours. Malheureusement, il existe peu de mesures permettant d’éviter cela.

Les travailleurs concernés ont-ils reçu des références professionnelles positives d’Oxfam ?

Oxfam-Grande Bretagne n’a pas donné de références professionnelles positives à ceux qui ont été licenciés ou qui ont démissionné à la suite des événements en Haïti. Il arrive malheureusement que d’anciens employés falsifient des références ou trouvent d’anciens collègues disposés à leur faire une référence personnelle. L’octroi d’une référence professionnelle est désormais fortement régulé (voir ci-dessous, les plans d’action).

Le gouvernement haïtien a temporairement suspendu les activités d’Oxfam Grande-Bretagne en Haïti. Qu’est-ce que cela signifie ?

Le gouvernement haïtien a annoncé que les activités d’Oxfam Grande-Bretagne en Haïti seraient suspendues pour deux mois. Pendant ce temps, le gouvernement haïtien enquêtera sur la façon dont Oxfam GB a géré les faits en 2011. Le travail de la branche humanitaire d’Oxfam continuera cependant par le biais d’autres Oxfam (Espagne, Québec et Italie) qui mettront en œuvre des programmes.

Quelles mesures ont été mises en place pour que cette situation ne se reproduise plus ?

Le rapport d’enquête interne rédigé par Oxfam-GB en 2011 s’accompagnait d’une annexe listant les leçons à retenir et les actions à mettre en place. Sur la base de ces recommandations, Oxfam a largement renforcé ses mesures de prévention et de protection dans le monde :

  • Un comité de prévention et de protection a été mis en place au sein d’Oxfam Grande-Bretagne. Cette équipe avait pour objectif de dresser un état des lieux des cas d’abus et de harcèlements au sein de l’organisation, de mettre en place des politiques de prévention, des mesures de réponse et d’appuyer les personnes référentes en la matière au niveau des différents pays d’intervention. La mise en place de cette équipe a permis de faire connaître des situations graves d’abus ou de comportements sexuels inappropriés. Ces alertes ont permis de mener des enquêtes et d’instaurer de nouvelles politiques de contrôle à l’embauche, d’alerte et de formation.
  • La création d’une ligne téléphonique d’alerte, directe, anonyme, en 5 langues (français, anglais, arabe, espagnol et portugais), ouverte à tou.te.s les salarié-e-s et bénévoles d’Oxfam ainsi qu’à ses partenaires. La situation en Haïti a montré l’importance d’une alerte rapide et facile pour les personnes victimes ou témoins de tels comportements.
  • L’identification et la formation de personnes de contacts au sein des affiliés Oxfam à travers le monde.
  • La modification du Code de conduite d’Oxfam qui a été mis à jour et renforcé, ratifié par le Conseil d’administration.
  • Le renforcement des procédures de recrutement, avec l’obligation de deux références, dont le-la prédécent-e responsable direct-e.
  • Le développement d’un programme de transformation culturelle pour mieux former les responsables sur les normes, les attentes et la façon de répondre aux plaintes et harmoniser les politiques et pratiques de contrôle, de prévention et de sécurité. Cette triste affaire met en avant la nécessité d’adopter une approche sectorielle pour s’attaquer au problème. Nous voulons aussi engager des discussions au sein du secteur humanitaire et de la coopération internationale au sens large pour mettre en place des mécanismes efficaces d’échanges d’informations au sujet de membres du personnel ayant été impliqués dans des affaires de ce type.

Oxfam Grande-Bretagne est aujourd’hui l’une des seules organisations au monde à faire apparaître dans son rapport annuel le nombre de cas d’abus ou de harcèlement sexuels qui lui sont remontés. La mise en place de cette équipe de prévention et de protection ainsi que de la ligne d’alerte directe et anonyme ont été reconnues parmi  les bonnes pratiques à suivre dans le milieu, selon l’université américaine Tufts, « Stop the sexual assault against humanitarian and development aid workers » (Mai 2017).

Un nouveau plan d’action mondial

Le 16 février 2018, Oxfam-International a annoncé la mise en place d’un nouveau plan d’action mondial. Une série de mesures supplémentaires, notamment la création d’une commission indépendante, sont prises afin d’éradiquer ce types d’actions de notre confédération.

  • La création d’une commission d’enquête indépendante, composée d’expert-e-s dans la défense des droits des femmes, qui aura pour mission d’auditer l’ensemble des politiques et pratiques en place et aura la possibilité de réexaminer toutes les enquêtes passées ou en cours. Un rapport public sera publié le semestre prochain. Ses recommandations seront suivies pour opérer un changement de culture et lutter effectivement contre les abus et le harcèlement sexuel.
  • La création d’une nouvelle base de données mondiale des personnes autorisées à donner des références professionnelles, afin de mettre fin à l’usage de fausses lettres de recommandation, de déclarations de mauvaise foi ou de références douteuses par d’anciens et actuels membres du personnel d’Oxfam. Tant qu’elle ne sera pas mise en place, Oxfam ne fournira plus de références professionnelles.
  • Un apport immédiat de fonds et de ressources pour renforcer les processus de prévention et de protection d’Oxfam avec :
    • le doublement des effectifs des équipes dédiées à ce travail au cours des prochaines semaines
    • le triplement du financement annuel du processus de prévention et de protection,
    • une partie du budget ira à une nouvelle hotline indépendante pour les lanceurs d’alerte, qui sera mise sur pied le mois prochain
  • Un engagement d’améliorer la culture interne d’Oxfam afin de veiller à ce que personne ne soit confronté au sexisme, à la discrimination ou à des abus, à ce que tout le monde, notamment les femmes, estiment pouvoir parler en toute sécurité, à ce que chacun et chacune distingue clairement ce qui est un comportement acceptable ou non.
  • Travailler avec les organisations du secteur humanitaire et du développement pour empêcher ces situations de survenir à nouveau, notamment en travaillant à réformer les procédures de recrutement et de vérification des antécédents, afin d’empêcher des personnes ayant eu des comportements inacceptables de naviguer entre différentes organisations

Ce nouveau plan d’action est une tentative sincère d’éradiquer toute trace d’exploitation, d’abus et de harcèlement au sein de notre organisation et de protéger les personnes qui sont en contact avec Oxfam autour du monde. Oxfam a aujourd’hui deux priorités : faire en sorte que de tels comportements soient bannis de notre organisation et pouvoir continuer à mener notre mission de lutte contre la pauvreté, que cela soit via notre action humanitaire ou le commerce équitable.

Concernant de nouvelles accusations

De nouvelles accusations sont parues dans la presse concernant des faits similaires survenus en 2006, soit cinq ans avant les actes dénoncés à Haïti, ainsi qu’en Grande-Bretagne. Suite à ces accusations, de nouvelles enquêtes ont directement été lancées par afin d’établir les faits. Elles sont actuellement en cours.

Le directeur d’Oxfam-Grande Bretagne reçoit-il un salaire trop élevé ?

L’année 2016-2017, le CEO d’Oxfam Grande-Bretagne a été rémunéré 127,753 £, c’est-à-dire, 144.274 €. Ce salaire est justifié par les responsabilités correspondantes à un tel poste. Il est inférieur aux tarifs pratiqués par d’autres organisations humanitaires de taille et de complexité comparables (ce salaire se situe dans les 10% des salaires les plus bas pratiqués dans le secteur) et sans comparaison avec les salaires pratiqués dans le secteur privé.

En 2016-2017, le directeur d’Oxfam-GB était responsable du travail humanitaire mené dans 51 pays, de plus de 5.000 salarié.e.s en Grande-Bretagne et dans le monde, dont nombre d’entre eux travaillaient dans les zones les plus extrêmes du monde, d’un réseau de 630 magasins et de 27.000 bénévoles.

La contribution d’Oxfam Belgique à Oxfam international (OI) est-elle là pour payer des « super salaires » aux dirigeants d’Oxfam International ?

Les 20 affiliés Oxfam (Oxfam-en-Belgique, Oxfam USA, Oxfam Espagne, Oxfam Hollande, Oxfam Grande-Bretagne…) font tous partie d’une confédération : Oxfam International. Pour le bon fonctionnement de cette confédération qui fait notre force au niveau international, les affiliés ont décidé ensemble de s’engager à verser une contribution. Ces financements servent à coordonner toute une série d’actions au niveau international.

  • Oxfam International coordonne des campagnes mondiales telles que la campagne « À Égalité » pour plus de justice fiscale, ou encore « Cultivons » pour une agriculture durable et un usage équitable de la terre. Coordination, recherches et rapports, soutien aux affiliés, traductions en plusieurs langues… Cette confédération nous permet d’avoir plus d’impact en agissant tous ensemble, comme récemment lors du forum économique de Davos.
  • OI se charge depuis 2016 de la coordination du travail humanitaire dans de nombreux pays à la fois : prévention, réponse et réhabilitation, synergie avec nos programmes de développement.
  • Une autre action importante d’Oxfam International est le renforcement des affiliés du Sud : Oxfam Mexique, Afrique du Sud, Inde, Brésil, etc. Ces nouveaux affiliés ont besoin d’être renforcés.
  • Oxfam International, c’est aussi des bureaux de plaidoyer influents pour promouvoir la justice fiscale, l’égalité entre les femmes et les hommes, le respect de l’environnement, etc. Ces bureaux mettent en place des rapports et font un travail de plaidoyer à destination des décideurs politiques à Genève, à New York, à Washington, à Bruxelles et à Addis Abeba, réalisant ainsi une part essentielle de notre travail d’influence pour un monde meilleur.
  • Oxfam International a surtout un rôle de coordination et de secrétariat : coordination générale des programmes dans le sud, des campagnes et de notre plaidoyer, de notre travail humanitaire, supervision des country directors et des directions régionales.

Winnie Byanyima, la Directrice Générale de la confédération, gagne 142.320 euros par an, un salaire totalement justifié par les responsabilités de son poste de directrice d’une organisation internationale humanitaire majeure.

Pourquoi le président d’Oxfam International a-t-il été arrêté au Guatemala le 13/2?

Juan Alberto Fuentes Knight a été arrêté le 13/2 par la police guatémaltèque. Cela s’est produit dans le contexte d’une enquête concernant des transactions budgétaires pendant que M. Fuentes Knight était Ministre des finances du Gouvernement du Guatemala (2008-2012), avant d’être Président d’Oxfam. Winnie Byanyima, CEO d’Oxfam : “Dr. Fuentes Knight a été complètement ouvert sur cette enquête. Il nous a assuré qu’il coopère pleinement à l’enquête et qu’à sa connaissance il n’a pas transgressé de règles ou procédures. » Cette enquête n’a rien à voir avec les événements en Haïti et au Tchad.

Oxfam : un travail essentiel qui doit se poursuivre

Oxfam est une confédération internationale regroupant 20 organisations qui existe depuis plus de 75 ans et qui mène de nombreuses actions, qu’il s’agisse d’urgence humanitaire, de programme de développement ou de commerce équitable, de plaidoyer ou de mobilisation. Ce scandale a pu ébranler la confiance que nous portent des milliers de personnes à travers le monde et nous nous excusons sincèrement d’avoir manqué de vigilance et de n’avoir pas pu protéger comme il se devait, des personnes vulnérables.

Renforcée par un plan d’action qui devrait empêcher que de tels abus ne se reproduisent, Oxfam poursuivra son travail pour lutter contre les injustices qui engendrent la pauvreté. Ce scandale est un rappel fort, indispensable, de la nécessité de nous renforcer et de redoubler d’efforts pour être, en toutes circonstances, conformes à nos valeurs et à notre mission. Nous sommes forts de près de 10 000 salarié-e-s dans le monde, et de plus de 110.000 bénévoles engagé.e.s.

Partager!

13 commentaires sur “Oxfam dans la tourmente (mise à jour du 08/03/2018)

  1. Il n’y pas que là malheureusement… Nous avons été témoin ,voici déjà plusieurs longues années, d’une étrange proximité et de relations sexuelles entre une employée OXFAM Belgique (très engagée dans la cause des Saharouis) et un responsable du Front Polisario dans les camps saharouis de Tindouf en Algérie. La commission européenne envisageait alors de stopper son aide suite à une complicité dénoncée de plusieurs côtés entre elle et le Front Polisario, accusé d’avoir détourné des convois alimentaires ( pour acheter des armes ? ). Il s’agissait de sommes importantes et d’abus répétés

  2. Bonsoir,

    Bien qu’étant navrée par ces abus qui ont, une fois de plus, touchés des femmes en situation précaire, je continuerai à faire un don mensuel à Oxfam. Ce que vous faites est bénéfique à un très grand nombre de personnes de par le monde. Inutile de faire des victimes “collatérales” à cause de cette affaire.
    Bien avec vous

  3. J’apprécie énormément le travail d’Oxfam. Et l’égarement de quelques-uns ne m’empêchera pas de continuer à vous soutenir.
    Cordialement,
    J. Jennes

  4. Il est malheureux de constater que les abus de quelques-uns entachent le travail formidable qui est effectué par la majorité des collaborateurs et bénévoles. J’ai confiance en la capacité d’Oxfam d’éviter ce genre d’abus dans le futur. Vous gardez tout mon soutien!

  5. J’apprécie énormément le travail d’Oxfam. J’ai personnellement travaillé comme volontaire pendant 3 ans dans un projet pour une autre ONG dans les années 1980. Il me semble qu’à notre époque on doit mettre fin à l’hypocrisie: il ne faut pas confondre la prostitution qui rapporte à un mac et les relations sexuelles tarifées, ET en pratique il est très difficile de faire la distinction. Des volontaires et des “coopérants” européens avaient des relations avec des prostituées. J’ai même un ami qui s’est marié sur place avec cette personne qui est devenue sa compagne. IL EST REPUGNANT qu’un certain monde anglo-saxon veuille salir une organisation comme Oxfam au nom d’une pudibonderie d’un autre temps. QUE font ces gens pour empêcher l’exploitation sexuelle chez eux ?

  6. bjr je suis benevole chez oxfam depuis plus de 9 ans et je donne toute ma confiance en oxfam etbravo pour ce que vous faites pour tous ces gens qui en ont besoin dominique

  7. Oxfam, which receives millions of euros from British and European institutions

    Since the 1980s, non-governmental organisations (NGOs) have spread throughout the world, opening an important political, cultural and socio-economic space, practically in every corner of the planet. It is estimated that there are currently more than 10 million NGOs on the planet.

    There are approximately 40,000 NGOs subsidised by the US and European governments and created for the specific purpose of being instruments of the globalisers of Washington and Brussels.
    The idea of ​​creating non-governmental organisations that could be used by intelligence services for the creation of social networks in Africa, Asia and Latin America for the purpose of promoting American interests emerged at the end of the first half of the 20th century, but it was only launched in 1961, driven by the triumph of the Cuban revolution in 1959, when the US Agency was created by an executive order. US for
    There are no coincidences. There is no doubt about the violations carried out by members of NGOs, UN peace keepers, and the United Nations Stabilization Mission In Haiti (UNSTAMIH). But the broadside against Oxfam is more like a demonstration of strength by the world’s powerful against those who denounce the inequality and inequities of their model of plunder and subjection.

    16/02/2018 Aram Aharonian

  8. J’ai été bénévole à Oxfam durant une dizaine d’années, s’il est une organisation en laquelle j’avais une réelle confiance c’est “Oxfam”. Malgré cette débâcle qui me touche profondément car ce sont de nouveau des femmes en situation précaires qui en ont été les victimes, je reste solidaire de votre mouvement. Je ne comprends cependant pas que ce directeur Haïti Belge ait pu agir si longtemps en passant d’une organisation à une autre alors qu’il avait déjà été dénoncé. Les doutes exprimés des personnes sur place doivent être pris en compte.

  9. Je trouve que c’est très “fair” de votre part d’avoir pris le temps de communiquer ces explications avec tant de transparence et de dignité. Bonne continuation dans votre travail.

  10. Vous n’auriez pas dû cacher aussi longtemps les faits
    Mme ce courriel arrive apres les infos presse.
    Qd on ne dit pas la verite on n’est plus credible selon moi
    Pietre exemple pour les jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *