Le commerce équitable est souvent une affaire de femmes

Puriy signifie ‘avancer’ en quechua. Cette entreprise sociale péruvienne veut donner les moyens à des femmes précarisées, peu scolarisées et victimes de violences, d’améliorer leurs conditions de vie. L’originalité du projet : c’est un programme tremplin de 3 ans, période au bout de laquelle les femmes quittent l’organisation fortes de nouvelles connaissances, compétences et d’une plus grande confiance en elles. Elles peuvent ainsi plus facilement trouver un emploi classique.

Au Bangladesh, Dhaka Handicrafts veut permettre aux artisan.e.s – en majorité des femmes – d’exporter leurs produits et pallier ainsi à l’étroitesse du marché local. L’organisation est présente dans les quartiers les plus pauvres de la capitale du Bangladesh et dans les zones rurales les moins développées. En plus de l’axe commercial, l’objectif de Dhaka Handicrafts est d’apporter un soutien aux mères seules, aux veuves et aux femmes abandonnées ainsi qu’à leurs enfants.

En agissant avec Oxfam ici, vous avez 100% de chance de soutenir le combat pour l’égalité hommes-femmes là-bas.

Partager!

2 commentaires sur “Le commerce équitable est souvent une affaire de femmes

  1. Bonjour
    N’avez vous pas un ou eux articles interessants sur la question des fmmes? Dans le cadre de la journée des droits des femmes,dans ma commune, comme femme engagée, je dois représenter Oxfam. je souhaite donc axer sur le travail des femmes aussi (y a pas que moi!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *