Conclusion : fiers de notre chocolat belge ?

Septembre 2019
Publié dans le
Rubrique

Le chocolat est notre fierté nationale et rapporte aux entreprises presque 5 milliards d'euros par an. Le chocolat belge est particulièrement apprécié à l'étranger : 87 % de la production est exportée. La Belgique est d'ailleurs le deuxième plus grand exportateur de chocolat au monde. Mais à l'exception de quelques chocolatiers engagés dans des programmes « beanto- bar » ou Fairtrade, peu connaissent la provenance du cacao ou les conditions dans lesquelles il est cultivé. Notre fierté est-elle dès lors justifiée ?

Beyond chocolate

En 2018, le temps était enfin venu de prendre des mesures. Le ministre de la coopération au développement, Alexander De Croo, a lancé une initiative pour un chocolat belge durable, notamment sous l’impulsion d’ONG comme Oxfam-Magasins du monde. Le secteur belge du chocolat a signé, avec les supermarchés, les pouvoirs publics et les ONG, un partenariat baptisé « Beyond Chocolate ». Les signataires se sont engagés à garantir d’ici 2030 un revenu vital aux 275.000 cacaoculteurs dont la production est destinée au secteur belge du chocolat. L’initiative vient de voir le jour… mais le temps presse. Pour réaliser cette ambition, les chocolatiers belges doivent d’abord instaurer la traçabilité de l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement, et en plus du soutien qu’ils offrent aux cultivateurs et coopérations, ils doivent surtout leur proposer un prix nettement supérieur. C’est la seule manière de parvenir à un revenu vital pour les cultivateurs.

Top ou flop ? Des études indépendantes devront démontrer si les entreprises sont sur la bonne voie et prennent leur engagement au sérieux. Le sort du partenariat dépendra de ces études. De plus, les autorités devront également assumer leurs responsabilités en proposant une législation contraignant les entreprises à respecter les droits humains et l’environnement.

En tant que co-signataire, Oxfam-Magasins du monde se pose en partenaire constructif mais critique. Nous partageons nos connaissances et notre expérience afin que ce partenariat ne manque pas son but. Par ailleurs, notre marque propre Oxfam Fair Trade incite les autres acteurs du chocolat à aider les cacaoculteurs à combler le fossé vers un revenu vital grâce à une prime supplémentaire.

Appel aux autorités : sauvez notre image !

Oxfam-Magasins du monde appelle nos décideurs politiques à accorder davantage d’importance aux droits humains et à l’environnement dans les différentes chaînes d’approvisionnement. Ils doivent édicter une loi belge relative au devoir de vigilance. C’est une étape indispensable afin d’obliger les entreprises à respecter les droits de l’homme dans le cadre de leur chaîne d’approvisionnement et à éviter les violations.

Notre secteur du chocolat est un ensemble hétéroclite de mastodontes et de petites entreprises. Mais l’enjeu est le même pour tout le monde : préserver l’image du chocolat belge. L’actuel « Code du chocolat belge », dans lequel le secteur définit sous quelles conditions le chocolat peut être qualifié de belge, ne contient étrangement aucune règle sur le développement durable et les droits de l’homme. Nous devons faire mieux.

C’est le seul moyen pour que nous, Belges, puissions être vraiment fiers de notre chocolat.

Photo : Yel

 

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *