Contre la pensée unique d’un modèle unique

Mars 2010
Publié dans le
Rubrique

Quoi de plus banal que de faire ses courses en grande surface ? Il est loin le temps où, lors de l’ouverture du premier supermarché bruxellois en 1957, il fallait persuader les clients de prendre un chariot et de se servir tout seul dans les rayons ! Aujourd’hui, le modèle de la grande distribution s’est imposé comme une évidence et correspond à une époque où tout doit aller plus vite.

Roland d'Hoop

Cela dit, il faut parfois oser prendre du recul pour analyser et remettre en question nos gestes quotidiens. Si un Martien débarquait aujourd’hui sur notre planète, que constaterait-il ? Pendant qu’une petite partie des habitants de la terre surconsomme des produits souvent superflus, d’autres triment pour les fabriquer, dans des conditions effroyables, contraires à la dignité humaine. Il verrait aussi que des multinationales de la grande distribution sont devenues tellement puissantes qu’elles peuvent exiger des coûts toujours plus bas de la part des fournisseurs, au Nord comme au Sud. Ces géants de la distribution ont une arme suprême : la menace constante de quitter le pays pour s’installer ailleurs, selon leurs intérêts du moment. Le drame qui touche Carrefour et ses travailleurs en Belgique n’est finalement pas si différent de celui qui touche des milliers d’ouvriers en Asie.

Alors, faut-il continuer à faire ses courses au supermarché du coin ? A chacun de décider. Notre campagne ne vise pas les clients, mais bien le système ultra dominant de la grande distribution. Et si même Oxfam distribue certains de ses produits en grandes surfaces, comment pourrions-nous critiquer leurs clients ? Cette complexité qui nous amène parfois à exister dans un système tout en le critiquant est révélatrice des tensions qui nous traversent quotidiennement, en tant que citoyens consommateurs. On peut continuer à dénoncer les dérives d’un modèle superpuissant, tout en refusant de tomber dans le piège du dogmatisme intransigeant. On peut rêver à de nouveaux modes de consommation, sans en faire une religion.

Chez Oxfam-Magasins du monde, nous avons surtout envie de donner du temps à la créativité, à l’imagination, à la recherche de nouveaux modèles. Nous voulons promouvoir des alternatives, de nouvelles idées plus respectueuses des droits de chacun. Nos magasins qui proposent des produits équitables en sont une, mais il en existe bien d’autres, à imaginer et à soutenir. Et même si ces alternatives restent encore dérisoires par rapport au modèle dominant, elles permettent au moins de bousculer nos habitudes, de remettre en question ce qui paraît incontournable. Se poser des questions, c’est déjà agir !

Roland d’Hoop

Partager!

Un commentaire sur “Contre la pensée unique d’un modèle unique

  1. …”Contre la pensée unique d’un modèle unique”…

    bonjour,

    pour que lucidités soient équipées d’évidences où, comment monopoliser, je vous propose ces quelques, repères, à méditer, où l’illimité même partout n’aura mené nulle part le monopole de la considération…

    le monopole de la concentration, l’extrême densité de tous les composants possibles avec uniquement le vide absolu comme environnement ; le monopole du centre, partout densité extrême illimité qui contient uniquement tout le vide absolu ; le monopole de la centralisation, partout densité extrême illimité qui contient uniquement tout le vide absolu devient partout densité extrême illimité sans vide ; le monopole de la déconcentration, partout densité extrême illimité sans vide ; le monopole de la décentralisation, le vide absolu partout

    http://lucides.canalblog.com/

    sincères salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *