Craft Link (Vietnam) : le savoir-faire en héritage

Décembre 2010
Publié dans le
Rubrique

Impact social et économique

Répartis sur tout le Vietnam, les groupes membres de Craft Link appartiennent, pour moitié, à des minorités ethniques tandis qu’un quart d’entre eux sont composés de personnes handicapées. Au quotidien, Craft Link les appuie pour revaloriser les techniques traditionnelles et augmenter leurs revenus. Dans un esprit de solidarité et d’entraide, 10% du prix des produits vendus sont affectés à un fond de développement local. Chaque groupe décide alors de son utilisation à des fins sociales, comme une caisse de solidarité pour l’accès aux soins de santé et la scolarité des enfants des membres. Dans le village de Ha Tay par exemple, où sont fabriqués des produits en bambou, une partie des bénéfices a servi pour la réparation des routes et à la construction d’écoles et de centres de santé.

Indépendance financière

D’un point de vue économique, Craft Link a pris le parti de ne pas dépendre de financement extérieur pour son fonctionnement courant. Ainsi, c’est grâce aux bénéfices des ventes locales et de l’exportation, entre autres via Oxfam-Magasins du monde, que l’association fonctionne au quotidien. Outre des salaires largement supérieurs aux salaires locaux, le préfinancement des commandes par Craft Link permet aux producteurs de se fournir en outils et matières premières. Dans la plupart des cas, les artisans sont en effet également agriculteurs. Et l’artisanat leur procure un supplément de revenu qui les aide à s’acquitter de leurs impôts agricoles.

Savoir-faire traditionnel

Grâce à son appui régulier et aux cycles de formations qu’elle organise, l’association Craft Link encourage les artisans à revaloriser les savoir-faire ancestraux tout en favorisant les procédés les plus respectueux de l’environnement. Menacés par la concurrence des produits standardisés qui envahissent le marché, ces savoir-faire sont en effet considérés comme un patrimoine à transmettre aux générations futures. C’est ainsi que les produits en céramique sont peints à la main et que les broderies sur les sacs réalisées dans les communautés ont des significations ethniques. Les foulards sont tissés sur des métiers manuels et les produits en bambou sont laqués selon des techniques traditionnelles qui nécessitent jusqu’à 12 couches de laque.

Acteur de changement

Pour Craft Link, le commerce équitable est le moyen idéal pour défendre les droits des travailleurs, principalement ceux des femmes. Les formations dispensées aux artisans développent leurs capacités à modifier les rapports de force dans la société. Les groupes participent essentiellement aux décisions à un niveau communal et font entendre leur voix aux autorités locales pour défendre leurs droits. Craft Link est membre de l’organisation mondiale du commerce équitable (WFTO) et du forum asiatique du commerce équitable.

Valérie Vandervecken

[highslide](Craft Link en chiffres;Craft Link en chiffres;;;)

  • 6200 artisans dont
  • 80% de femmes
  • 45% de minorités ethnique
  • 25% de personnes handicapées
  • 30% de villages à tradition artisanale
  • 62 groupes
  • 21% de ventes sur le marché local et
  • 49% d’exportation
  • 3 boutiques à Hanoi
  • 1 million et demi d’euros de chiffre d’affaires
  • Des rémunérations de 30 à 50% supérieures au salaire minimal légal

[/highslide]

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *