Derrière le code-barre, des vies au rabais

Mars 2018
Publié dans le
Rubrique

Salaire vital = salaire permettant de vivre dignement

Florine Deveseleer

Plus précisément ? Selon la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT)1, le salaire vital est « une rémunération gagnée par un·e travailleur·euse en une durée normale de travail, qui couvre les besoins essentiels du/ de la travailleur·euse et de sa famille (se loger, se nourrir, se vêtir, se soigner, accéder à l’éducation) et lui procure un revenu discrétionnaire2, qui peut éventuellement servir d’épargne »3.

Extrait de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Article 23 :

  1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
  2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
  3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
  4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts

70 ans plus tard… Où en est-on ?

Pourcentage du salaire vital touché par les producteurs/trices

Graphique issu du rapport intitulé “Derrière le code-barre : des inégalités en chaînes“, p.15.

Le terme “travailleurs/euses” se réfère aux individus doté·e·s de contrats de travail à durée indéterminée travaillant dans de grandes plantations ou dans des usines de transformation ou sur des bateaux de pêche. Certains produits apparaissent deux fois, étant produits à la fois par des paysan·ne·s et des travailleurs/euses 4.

Le montant du salaire vital n’est pas universel : le coût de la vie varie fortement d’un pays à l’autre, voire au sein d’un même pays. Dès lors, le salaire vital est calculé dans chaque contexte. Le graphique ci-contre se base sur de tels calculs contextualisés.

Comme il ressort de ce graphique, dans de nombreuses chaînes d’approvisionnement alimentaire, les producteurs/trices sont loin de toucher un salaire qui leur permettrait de remplir leurs besoins fondamentaux. Les travailleurs/euses de la filière du thé ou des haricots verts ne touchent même pas la moitié du salaire vital.

 

Montrer 4 notes

  1. Conventions 95 et 131 de l’OIT, Recommandations 131 et 135 de l’OIT et Article 23 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
  2. Revenu discrétionnaire = part de son revenu qu’un individu peut consacrer à des dépenses qui, dans sa classe
    sociale, ne sont pas considérées comme nécessaires”. Académie des sciences commerciales.
  3. Pour plus d’infos sur la notion de salaire vital
  4. Données de 2015. Source : Derrière le code-barre. Voir la méthodologie dans l’Annexe 1 pour en savoir plus. Source : C Alliot et al. Distribution of Value and Power in Food Value Chains. Recherche commandée par Oxfam et entreprise par Basic

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *