Du lait à l’école. En direct de la vache

Mars 2010
Publié dans le
Rubrique

Octobre 2009, des producteurs laitiers désespérés déversent des milliers de litres de lait pour protester contre un prix d’achat qui ne leur permet plus de vivre. Choqué par ces images, le Jeune Magasin Oxfam de l’Athénée de Nivelles met sur pied une vente de chocolat chaud préparé avec du cacao équitable et… du lait acheté directement à un producteur local. Le juste prix au Nord comme au Sud ! Un reportage de la RTBF montre ces jeunes Nivellois expliquant la grève du lait aux élèves de leur école.

Elisabeth Mailleux

A l’autre bout de la Wallonie, Geneviève Leclercq, professeur à Messancy près d’Arlon, est séduite par l’action. Elle en discute avec quelques élèves. C’est décidé, le soutien aux agriculteurs, ça passera aussi par eux !

« Comme on était en pleine grève, les agriculteurs voulaient nous donner leur lait gratuitement. Il a fallut insister et expliquer notre démarche pour payer un prix juste », explique Geneviève. « Au lieu des 35 cents/litre payés par les laiteries et grandes surfaces quand le marché est favorable, nous avons fixé un prix d’achat de 50 cents/litre ».

Si au début les agriculteurs étaient étonnés, voire sceptiques quant à la pérennité du projet, ils sont désormais habitués à cette visite hebdomadaire. En effet, loin d’une action ponctuelle, le groupe Oxfam de l’Institut Cardijn-Lorraine voulait instaurer cette continuité. Un pied de nez au système de consommation traditionnel qui éloigne le consommateur du producteur !

Pour cette opération, la logistique n’est pas à sous-estimer. Une dizaine d’élèves motivés se relayent ainsi chaque mercredi depuis octobre pour assurer la vente du cacao. Au préalable, la responsable de la cantine se charge quant à elle de faire bouillir ce lait, non stérilisé.

« Nous n’étions pas certains que les élèves aimeraient le lait de ferme. Mais finalement nous n’avons eu aucune réaction négative quant au goût ». A 40 cents le verre, le cacao chaud part sans difficulté. Et lorsque le groupe décide d’organiser un petit déjeuner équitable à l’école, ce sont plusieurs dizaines de cruches qui se déversent… dans les gosiers !

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *