Faire valoir l’intérêt général, c’est possible. Les citoyens de la région de Nantes s’y activent !

Mars 2013
Publié dans le
Rubrique

Notre-Dame-des-Landes, c’est le projet d’un nouvel aéroport international ultra -moderne à Nantes. Plus vaste que l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle à Paris, il est présenté comme étant « une infrastructure qui répond aux défis de notre temps, le moteur du développement régional ». Selon ses partisans , il sera notamment boosté par une augmentation spectaculaire des passagers . Trop beau pour être vrai ?

Corentin Dayer

Après avoir été chassés par la police, des squatteurs réinvestissent la base de la Châtaigneraie, site prévu pour l’aéroport. Certains ont choisi de s’y installer durablement et de vivre en communauté autonome. Cette fois, ils se font protéger par des tracteurs de paysans, afin de parer d’autres interventions policières.

Après avoir été chassés par la police, des squatteurs réinvestissent la base de la Châtaigneraie, site prévu pour l’aéroport. Certains ont choisi de s’y installer durablement et de vivre en communauté autonome. Cette fois, ils se font protéger par des tracteurs de paysans, afin de parer d’autres interventions policières.

Sur le terrain, cela fait quarante ans que la population entend parler de ce projet sans rien voir de concret. Mais cela va changer très prochainement. C’est en tout cas la promesse du premier ministre français Jean-Marc Ayrault. Il faut dire que nous sommes sur les anciennes terres électorales de cet ardent défenseur du projet. Pour lui, c’est clair, l’aéroport est absolument indispensable pour la région.

Des citoyens très sceptiques

Le premier ministre est pourtant loin, très loin, d’avoir l’assentiment de l’ensemble de la population, très sceptique quant aux arguments avancés en faveur du projet. Il faut dire que Nantes possède déjà un aéroport bien équipé – Nantes Atlantique – qui a reçu le prix du meilleur aéroport d’Europe. Et que ce dernier est encore largement sous-exploité. D’où cette interrogation : est-il bien raisonnable, en temps de crise, de s’accrocher à un projet aussi pharaonique qu’inutile ? Une interrogation exacerbée par les grandes incertitudes quant à la rentabilité économique du projet pour les collectivités publiques impliquées.

Dégâts environnementaux

Les inquiétudes des riverains ne s’arrêtent pas là ! Déclaré d’utilité publique, les avantages pour la collectivité de l’aéroport sont loin d’être évidents. D’une part, le projet prive la région de terres et d’emplois agricoles. D’autre part, il pourrait occasionner des dégâts environnementaux irrémédiables, en couvrant notamment des zones humides capitales pour la qualité de l’eau et la préservation de la biodiversité.

L’opposition s’organise

Pour nombre de Nantais, il est déjà trop tard pour inverser le cours de l’histoire. Qu’ils le veuillent ou non, la construction de l’aéroport leur parait inéluctable. Mais d’autres se sont regroupés pour réclamer une meilleure gestion des deniers publics et s’opposer à ce projet avec l’énergie du désespoir, quitte à se confronter aux forces de l’ordre.

Par solidarité, des acteurs très différents et de tous horizons politiques se sont joints à leur combat, certains venant de Belgique et d’autres pays européens. Ensemble, ils ont dû non seulement faire face au dénigrement du gouvernement français, mais également à une répression extrêmement violente sur le terrain. Cette réponse musclée a fortement ému l’opinion publique, au départ acquise au discours du premier ministre.

Victoire pour la démocratie

Grâce à leur détermination, ces citoyens sont ainsi parvenus à obtenir un référendum local permettant à la population de s’exprimer démocratiquement sur la construction de l’aéroport. Que celui-ci soit finalement construit ou pas, cette étape marque une victoire pour la démocratie !

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *