L’huile d’Argan : une ressource renouvelable pour l’émancipation des femmes

Mars 2013
Publié dans le
Rubrique

Terre de contrastes, le Maroc l’est surtout dans le sud où l’isolement géographique et culturel est particulièrement marqué. Il faut rappeler que 55% de la population marocaine vit encore en zone rurale, là où peu d’activités industrielles et de services existent. Majoritairement d’origine berbère, ces peuples du sud vivent dans des conditions difficiles en raison du manque d’eau et de nourriture.

Catella Willi

targanine

Un travail en zone rurale

Dans ce contexte, nombreuses sont les femmes sans formation qui cherchent un travail près de chez elles. Aussi, la fabrication de l’huile d’Argan leur fournit une activité précieuse, à la fois locale et rurale. De plus, l’arganier d’où est tirée cette huile, pousse dans les parties les plus arides du pays.

Le Groupement d’intérêt économique Targanine, situé dans la région d’Agadir, poursuit, depuis 2003, un objectif socio-économique en créant des opportunités de travail pour des femmes souvent défavorisées. Nombre d’entre elles sont seules, veuves, avec des enfants à charge. Certaines trouvent dans cette activité le seul moyen de vivre décemment. Les femmes participent à la récolte des fruits de l’arganier et/ou à la fabrication des produits dérivés. Un salaire minimum est garanti aux membres de la coopérative. On estime à dix personnes le nombre de bénéficiaires indirects des revenus fournis à chaque travailleuse.

Fonctionnement démocratique

Les groupements de femmes sont organisés en 9 coopératives. Sept d’entre elles se consacrent au concassage des amendons de l’arganier tandis que les deux autres s’occupent de confectionner l’huile. Les coopératives regroupent 500 membres environ. Les instances décisionnelles sont l’Assemblée Générale, très participative, qui se réunit annuellement, et le Conseil d’Administration. Des réunions collectives au sein des coopératives complètent la démarche démocratique de l’organisation.

Les coopératives sont ouvertes aux initiatives socio-culturelles qui rencontrent un objectif d’émancipation et d’éducation. Elles ont des échanges avec des mouvements de femmes locaux et d’autres coopératives implantées dans la région. Des collaborations avec le monde académique existent pour des projets de sensibilisation auprès des femmes dans le but de «prendre son destin en main», comme elles aiment à le dire.

Une activité rentable

La valorisation des fruits de l’arganier est l’une des activités les plus rentables. La production et ses activités connexes permettent à 3 millions de personnes de survivre dans les régions arides où pousse ce type d’arbre. Les activités de production se répartissent entre l’élaboration de l’huile destinée à l’alimentation et celle des produits cosmétiques. C’est ainsi que l’huile d’argan, que le Groupement d’intérêt économique Targanine tire de l’arganier, se retrouve dans la gamme de produits cosmétiques Natyr, vendue dans les points de vente d’Oxfam-Magasins du monde.

Pour donner une idée de l’ampleur du secteur, notons que la forêt d’arganiers occupe une surface de 800 000 hectares entre Safi et Goulimine, dans le sud-ouest marocain.

Une plante aux multiples usages

argan
Particulièrement résistante au climat chaud et aride, la forêt d’arganiers subit pourtant les conséquences de la désertification qui progresse et s’intensifie. On peut estimer qu’un tiers de la forêt a déjà disparu. Le Groupement d’intérêt économique Targanine a mené des initiatives en faveur du reboisement, en mettant l’accent sur le caractère renouvelable de cette ressource naturelle. De plus, l’arganier offre de nombreuses utilisations. Le bois est utilisé en menuiserie ainsi que pour la cuisson des aliments. Les feuilles et la pulpe du fruit servent à nourrir les chèvres. Les coquilles des amendons riches en huile sont utilisées pour fabriquer du combustible. Enfin, les racines de l’arganier ont des propriétés minérales spécifiques qui fertilisent le terrain et protègent le sol de l’érosion.

Décidément, l’arganier n’a pas fini de nous étonner !

Partager!

Un commentaire sur “L’huile d’Argan : une ressource renouvelable pour l’émancipation des femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *