fbpx

MCCH, Équateur. Des bijoux en tagua 100% solidaires

Déclics #5 - cover

Mars 2011
Publié dans le
Rubrique

« Maquita Cushunchic Comercializando Como Hermanos » (Main Dans la main pour un commerce entre frères)… Telle est la traduction miquechua, mi-espagnol, du nom de l’organisation équatorienne MCCH.

Valérie Vandervecken

Partenaire d’Oxfam-Magasins du monde depuis 1987, MCCH est devenu un [highslide](MCCH en chiffres;acteur clé du commerce équitable;;;)

Créée en 1985

Partenaire d’Oxfam-Magasins du monde depuis 1987

Membre de WFTO depuis 1992

240 organisations de base

Dans 15 provinces de l’Équateur

31.181 bénéficiaires directs dont 55% de femmes

95.767 bénéficiaires au total

[/highslide].

Dans les années 80, un groupe de familles pauvres de Quito, la capitale de l’Equateur, décide de prendre son destin en main. Ils ouvrent alors quelques magasins communautaires pour favoriser des échanges directs avec les producteurs agricoles. Erigée en fondation dès 1985 afin de gérer son expansion rapide, elle compte aujourd’hui 400 boutiques à travers le pays.

Un réseau de commercialisation communautaire…

Pour MCCH, la production et le commerce sont des instruments efficaces pour influer sur l’économie et la société équatorienne, en faveur des individus et groupes marginalisés.

Spécialisé au départ dans les produits alimentaires, le réseau s’est ensuite étendu à la commercialisation d’artisanat. Cette activité est aux populations urbaines d’accéder à des produits alimentaires sains, naturels et à meilleur prix.

MCCH a en outre développé de nombreux services destinés aux groupes de producteurs : suivi de la qualité, développement de nouveaux produits pour répondre à la demande du marché tout en préservant le savoir-faire traditionnel, recherche de nouveaux marché, formations, conseils juridiques,…

Aujourd’hui, ce réseau génère de nombreux emplois et garantit des débouchés ainsi que des conditions de travail et de salaires favorables à des milliers de producteurs équatoriens. Bénéficiant d’un préfinancement de 50% de leurs commandes, les paysans peuvent acheter les matières premières et leurs outils de travail. Etre membres de MCCH leur a aussi permis d’éviter d’être exploités par des intermédiaires peu scrupuleux.

… et des programmes au bénéfice des communautés

Pour permettre aux groupes de se développer d’avantage, MCCH met également à leur disposition des micro-crédits. Au début des années 90, l’organisation a aussi porté un projet de tourisme solidaire respectueux de la culture et attentif aux conditions réelles d’existence des paysans équatoriens.

MCCH mène des actions de renforcement des capacités de négociation et d’autonomie des groupes de producteurs et propose des programmes sociaux concernant, entre autres, les soins de santé ou l’alphabétisation… Un des impacts les plus visibles de l’ensemble de ces projets est d’avoir permis à de nombreux paysans de renoncer à l’exode rural, phénomène particulièrement important en Equateur.

Travail en réseau pour constituer un mouvement fort

L’atout majeur de MCCH ? Son travail de mise en relation des organisations pour créer des réseaux au niveau local, régional, national et international. Son objectif : former un mouvement d’économie sociale et solidaire solide et efficace.

Au niveau national, une Ecole d’économie sociale et solidaire créée par MCCH appuie cette démarche. Au niveau international, MCCH est à l’initiative de la création d’un réseau de commercialisation communautaire – le RELACC – à l’échelle de l’Amérique du Sud. Reconnu par le secteur, le RELACC regroupe aujourd’hui 12 réseaux de commercialisation nationaux.

Ces réseaux pèsent désormais sur les politiques gouvernementales relatives aux secteurs de production dans lequels ils sont actifs. Forte de cette mobilisation, MCCH est ainsi devenue incontournable sur la scène équatorienne en matière de lutte contre la pauvreté, de reconnaissance des droits des populations indigènes et d’égalité homme-femme.

 

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *