Moi je veux bien mais non

Septembre 2013
Publié dans le
Rubrique

La rubrique en capsule d'Olivier Bailly

mr-nestleC’est un grand classique vespéral pour toute famille qui se respecte. Le monstre de 8 ans tente de s’éclipser pour aller jouer à la PSP (obtenu à sa Saint-Nicolas après un lobby intensif digne des meilleures sociétés pharmaceutiques). L’un des deux parents toise gentiment du regard son futur geek avant d’asséner la sentence finale : «finis d’abord ton assiette».

C’est complètement ridicule. Qui a décidé que les besoins nutritifs de l’homme étaient circonscrits par une sphère plate en porcelaine, aux dimensions par ailleurs aléatoires (en fonction des envies des designers d’IKEA) ? Que se passerait-il si le diamètre des assiettes était beaucoup plus grand, ou plus petit ? Faut-il vraiment formater jusqu’à nos estomacs pour que chacun mange la même chose, histoire d’éradiquer enfin de la planète les trop gros (qui coûtent trop cher à la sécurité sociale) et les trop minces (qui filent trop de complexes aux trop gros) ? La réponse de plusieurs entreprises bienveillantes est oui.

Et comme le plus tôt est souvent le mieux, une grande avancée dans ce monde normatif est à mettre à l’actif de Nestlé, jamais à court d’idées quand il s’agit de sauver l’humanité de son atroce diversité. Voici donc le BABYNES© (j’ajoute le © d’initiative, histoire de ne pas mettre Oxfam sur la paille). Arguant que «votre bébé évolue, la nutrition aussi», la multinationale propose des dosettes de lait pour bébés. Argument de vente : c’est plus facile, plus propre, et euh…quoi encore. Ben disons encore plus facile. Allégée de 200 euros et d’un gosse agrippé à son sein, la mère pourra enfin se consacrer à la vraie vie (puisque prendre du temps pour nourrir son enfant reste une activité non productive, reconnaissons-le). Sept variétés sont proposées. Si c’est pas du choix ça. Un peu plus, un peu moins ? Difficile. Un autre lait que celui sélectionné par Nestlé ? Impossible. Moins de pollution ? Et puis quoi encore !

Enfin donc, bébé pourra avoir sa capsule, comme son frère avait sa dosette de chocolat chaud (authentique) et son papa sa dosette de café. Vivement dans chaque foyer les trois appareils alignés, comme autant de marqueurs de vie, d’étapes essentielles dans l’existence d’un homme moderne, remplaçant baptême, mariage et autres idioties du siècle passé. Voilà la vision idyllique du XXIe siècle : toute une famille réunie autour de dosettes remerciant Nestlé de lui avoir formaté, euh facilité, la vie. Il est pas beau le monde© (j’ajoute le © parce que je ne sais pas si le monde est déjà en copyright ou non…)

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *