fbpx

“Nous voulons évoluer vers une activité zéro déchet”

Mai 2020
Publié dans le
Rubrique

Moon Sharma est la directrice de TARA Projects, partenaire fournisseur d’Oxfam-Magasins du monde depuis 1980. Dans cet entretien, elle nous parle des défis pour l’avenir et de l’importance de la lutte contre les changements climatiques.

Propos recueillis par Laura Pinault

Ressentez-vous les impacts du changement climatique en Inde ? Est-ce une menace pour TARA et sa communauté ?

Le changement climatique est la plus importante crise à laquelle nous sommes confrontés à l’heure actuelle, dans notre région, dans notre pays et au niveau mondial. Comme vous le savez, la protection de l’environnement est l’un des principes du commerce équitable donc cela a toujours été une préoccupation importante pour nous. Nous constatons déjà les impacts de la crise climatique, avec des inondations, des sécheresses, la disparition de la forêt…

Quels types de projets menezvous pour faire face à ces enjeux environnementaux et climatiques ?

Nous menons actuellement une campagne intitulée « Save the Water » en collaboration avec Emmaüs International. Nous avons mis en place des programmes de récupération d’eau de pluie et de plantation d’arbres. Plus généralement, nous cherchons à remplacer le plastique dans les emballages des produits d’artisanat. Nous produisons aussi de l’artisanat à partir de déchets ou matériaux recyclés, notamment des bijoux.

Nous voulons vraiment limiter notre impact et évoluer vers une activité « zéro déchet », en réutilisant un maximum de matériaux existants. Si nous sommes sur cette voie-là, je pense que c’est grâce au commerce équitable. Toutes les organisations de commerce équitable, dont TARA, se tournent vers l’économie circulaire.

Collaborez-vous avec d’autres associations sur ces questions ?

Il existe une fédération qui réunit les organisations de commerce équitable indiennes, Fair Trade Forum India. Nous menons via cette plateforme de nombreuses campagnes de sensibilisation en lien avec WFTO et le mouvement international de commerce équitable.

Nous sommes aussi liés à Emmaüs International. Collaborer avec d’autres structures nous donne de la visibilité et une chance plus élevée d’être entendus par les gouvernements. Nous avons par exemple commencé à travailler sur la question de l’eau il y a longtemps déjà, et à cette époque le gouvernement ne s’en préoccupait pas. Tout le monde devrait avoir accès à de l’eau potable. C’est encore un réel enjeu en Inde même si les autorités, notamment les gouvernements locaux, prennent de plus en plus conscience de l’ampleur du problème tout comme de l’importance de réduire les déchets plastiques.

TARA travaille également sur un nouveau projet autour de l’agriculture durable?

Oui, l’idée de ce projet est de sensibiliser des agriculteurs aux risques que présentent les pesticides et les engrais pour leur santé. On a commencé avec de tous petits terrains, ce qui permet aux artisan·e·s de cultiver leurs propres légumes. On leur montre que l’on peut produire de la nourriture sans avoir recours aux pesticides, en créant son propre compost, en utilisant de la bouse de vache comme engrais, etc. Il s’agit bien ici d’une démarche circulaire, car on transforme un déchet en une ressource. La région du Pendjab, au nord-ouest de l’Inde, a connu l’expérience de la Révolution Verte . Celle-ci a permis d’augmenter les récoltes, grâce notamment à l’utilisation massive d’intrants chimiques. Pendant longtemps, ils n’en ont perçu que les avantages. Mais dans cette région, une personne par famille en moyenne est atteinte de cancer. Saviez-vous qu’il y a un train qui vient du Pendjab qu’on appelle le train du cancer ? Il n’est jamais trop tard pour que les choses s’améliorent mais cela prend du temps. Nous pensons que l’agriculture durable est notre futur. Comme le dit Wangari Maathai1, nous croyons fermement que, « vous ne pouvez pas protéger l’environnement sans former et informer les gens. Il faut les aider à comprendre que ces ressources sont les leurs, qu’ils doivent les protéger. »

Pourquoi TARA est une organisation pionnière en Inde

TARA est une organisation de commerce équitable basée à New Delhi. Elle a été fondée dans les années 1970, au moment où le mouvement du commerce équitable a émergé. TARA s’engage au quotidien pour fournir des moyens de subsistance à plus de 500 artisan·e·s. L’organisation fabrique et exporte des produits d’artisanat et s’implique dans de nombreux projets de développement communautaire. Les membres de Tara sont convaincus que le commerce équitable est une approche holistique qui permet d’améliorer les conditions de vie non seulement des producteurs mais aussi de leurs communautés. L’organisation travaille également sur les enjeux de santé, la finance éthique, le renforcement des capacités, l’égalité de genre, la protection de l’environnement. L’objectif final est le développement durable et le commerce équitable est le moyen pour l’association d’y parvenir. Oxfam-Magasins du monde est l’un de ses plus anciens partenaires.

D’autres actions menées par Tara

Dans le cadre de leurs efforts pour promouvoir l’agriculture durable, un projet a été lancé à Pataudi dans l’état de l’Haryana : les agriculteurs locaux sont formés aux techniques d’agriculture durable via l’utilisation de matériaux naturels et respectueux de l’environnement. Un compost a été créé, alimenté par les déchets ménagers des environs, et des formations au vermi-compostage ont également été organisées. Une pépinière d’arbres a été mise en place.

Le 22 mars est la journée mondiale de l’eau. En 2019, TARA a organisé plusieurs ateliers de sensibilisation sur la thématique de l’accès à l’eau pour tou·te·s. L’objectif était de communiquer sur l’importance de la crise de l’eau auprès des producteurs-trices et des salarié·e·s.

TARA a également célébré la journée mondiale de l’environnement le 5 juin 2019 sur la thématique de la pollution de l’air, qui tue plus d’1,2 millions de personnes en Inde chaque année. Au cours de la semaine, plus de 200 arbres ont été plantés et des sessions de sensibilisation ont été organisées.

Montrer 1 note

  1. Wangari Maathai a reçu le prix Nobel de la paix en 2004 et a consacré sa vie à l’autonomisation des femmes et à la promotion de la démocratie et de la paix en mettant l’accent sur le développement durable.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *