Paysans en quête de terre

Mars 2015
Publié dans le
Rubrique

Dans la grande majorité des pays, l’accès à la terre est une question centrale. Elle fait l’objet de débats, de réformes, de procès, de manifestations... Certains sont même prêts à mourir pour défendre le droit à la terre !

Roland d'Hoop

Selon un rapport récent de la FIDH, ceux qui défendent ce droit sont « souvent confrontés à de véritables «prédateurs économiques» avides d’un développement débridé » et sont victimes « d’une violence à la hauteur des montants pharaoniques en jeu ».

Ce problème d’accès à la terre, si visible dans des pays comme le Brésil, le Mexique ou l’Afrique du Sud, semble invisible chez nous. Pourtant, en Belgique, de moins en moins de terre est disponible pour l’agriculture. Chaque année, en Wallonie, l’équivalent de 3000 terrains de football sont convertis en terrains à bâtir, ce qui fait de la Belgique un des pays les plus « bétonnés ». Ainsi, en 30 ans, la Belgique a perdu 63 % de ses fermes, principalement celles de moins de 5 hectares.

La terre est-elle un bien comme un autre, que l’on peut acheter pour en faire ce que bon nous semble ? Ou au contraire est-elle un « bien commun » dont l’utilisation doit être réfléchie de manière démocratique pour garantir le droit de chacun à disposer d’une alimentation saine et durable ? Il est grand temps de remettre ces questions sur la table. Avec « Terre en vue », FIAN (FoodFirst Information and Action Network), et bien d’autres organisations belges, Oxfam-Magasins du monde veut proposer des solutions constructives et équitables pour un meilleur accès à la terre. Cela nous concerne tous et chacun peut agir à son niveau !

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *