fbpx

Préserver la biodiversité

Juin 2011
Publié dans le
Rubrique

La pollution et l’épuisement des réserves en eau, l’appauvrissement des sols et la dégradation des milieux naturels et de la biodiversité qui ont stigmatisé l’essor de l’agriculture industrielle ne sont pas un passage obligé de la modernité agricole.

Pour changer la donne, la redécouverte des savoirs et des savoir-faire paysans est indispensable ! Au fil des générations, les paysans ont traditionnellement appris à tirer parti des potentialités off ertes par les écosystèmes. Cette pratique leur permet aujourd’hui de cultiver leurs terres en maintenant naturellement la qualité et la fertilité des sols, en contrant de manière durable les attaques parasitaires et en ayant recours à une utilisation rationnelle des ressources en eau…

De nombreux modes de production valorisés aujourd’hui en agroécologie et en agroforesterie (culture biologique, lutte intégrée contre les parasites, etc. ) ont été inventés de manière empirique par des paysans !

Adapter les pratiques agricoles

La durabilité des systèmes agraires paysans peut toujours s’améliorer. Notamment parce que les écosystèmes évoluent constamment et requièrent ainsi l’adaptation chronique des pratiques agricoles, et parce que la connaissance des processus écologiques naturels reste toujours partielle. Dans ce contexte, l’enjeu de la modernisation agroécologique ne consiste pas à trouver la bonne solution standardisée, mais bien de soutenir les paysans dans une démarche d’innovation constante dont ils gardent la maîtrise.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *