Quand les consommateurs s’attaquent au modèle de la grande distribution

Décembre 2010
Publié dans le
Rubrique

Pendant deux ans, les militants d’oxfam-magasins du monde, et les membres de la campagne Vêtements Propres, se sont mobilisés pour dénoncer les pratiques de la grande distribution dans le secteur textile. il s’agissait par exemple d’exiger le respect d’un salaire minimum vital pour les travailleurs (voir déclics n°2). mission impossible ? il est clair que ce n’est pas du jour au lendemain qu’on pourra faire trembler des géants tels que Carrefour, Cora, Aldi, Lidl et Traffic… mais les changements passent aussi par la prise de conscience des consommateurs, et par la solidarité avec les travailleuses et travailleurs du sud. la preuve à travers quelques exemples d’actions menées sur le terrain.

Roland D’hoop

 

Des magasins transformés en vitrines politiques

Durant le mois de mai 2010, les magasins du monde Oxfam ont transformé leur vitrine en instrument de sensibilisation et de mise en action, avec l’apposition de slogans « forts » pour capter le regard des passants ainsi que d’une affiche proposant la promotion de T-shirts à 19 cents… Attirés par ce prix dérisoire dans un premier temps, les clients comprenaient ensuite que ce chiffre correspondait en fait au salaire moyen touché par ceux qui fabriquent ce t-shirt vendu dans nos supermarchés et pouvaient signer une carte pour exprimer leur colère auprès des chaînes de la grande distribution.

Au-delà des actions menées en magasin, certains bénévoles ont porté la campagne dans les festivals, et même jusque dans les galeries commerciales. Nicole Leroy, bénévole de l’équipe de Tournai, a apprécié le fait de toucher un public moins conscientisé. Pour les festivals, Oxfam avait imaginé une stratégie choc : les festivaliers étaient invités à boucher à plusieurs les trous d’un grand réservoir d’eau… Une manière originale de faire comprendre que c’est par l’action collective qu’il est possible d’atteindre des exigences en terme de salaire minimum vital.

Des jeunes déchaînés

Un peu partout, les Jeunes Magasins du monde Oxfam (JM)1 se sont mobilisés pour cette campagne : à Ramegnies-Chin, des élèves ont joué des scènes de théâtre ; à Virton, les jeunes se sont prêtés à un jeu de rôles dans un décor de supermarché… tandis qu’à Mons, les élèves du Collège St Stanislas ont agi sur plusieurs tableaux : ils ont sensibilisé leurs amis grâce à une expo sur les conditions de travail imposées par les supermarchés, organisé un festival et récolté des signatures. Au Collège St Joseph de Chenée enfin, le JM a fait très fort en adaptant la technique publicitaire du teasing : chaque jour de la semaine, les élèves recevaient une information supplémentaire sur les conditions de travail dans les ateliers qui fournissent nos supermarchés.

Un réseau de solidarité international

Le 4 octobre, les cartes récoltées ont été transmises aux directions des chaînes de grande distribution, lors de l’Asia Europe People Forum, un événement qui rassemblait des organisations de la société civile tant asiatique qu’européenne. Un soutien essentiel pour les organisations asiatiques qui luttent au quotidien pour un salaire minimum vital.

Cette campagne a permis de créer un rapport de force, obligeant les marques de la grande distribution à accepter le dialogue. C’est le début d’un processus à long terme, qui nécessitera de maintenir la pression et la solidarité, notamment grâce à la campagne Vêtements Propres. Vous aussi, vous pouvez continuer à soutenir les travailleurs de l’industrie textile, en vous inscrivant par exemple aux actions urgentes de Vêtements propres.

[highslide](la campagne Meilleur Marche en quelques chiffres;la campagne Meilleur Marche en quelques chiffres;;;)

  • 23 520 signatures réclamant un salaire minimum vital
  • 17 000 personnes sensibilisées en magasin, dans la rue, lors d’évènements.
  • 30 ciné-débats organisés
  • 40 groupes oxfam en école (JM) participant à la campagne
  • 120 000 élèves sensibilisés.

 

[/highslide]

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *