fbpx

Surendettement : alerte au crédit banalisé

Mars 2010
Publié dans le
Rubrique

« Mon cerveau n’est pas à vendre ! » est l’une des campagnes anti-pub lancées par les Équipes populaires pour lutter contre les dérives de la Grande Distribution.

Olivier Bailly

« Avec le neuro-marketing, les annonceurs utilisent la compréhension du fonctionnement de notre cerveau pour susciter des réactions instinctives. Et outre les jeunes, les personnes financièrement fragilisées sont souvent les moins armées culturellement pour décrypter les messages », explique Germain Mugemangango, animateur des Equipes Populaires de la fédération de Charleroi/Thuin. Beaucoup sont alors victimes du surendettement, un phénomène directement lié aux grands distributeurs. « Les acteurs de la consommation de masse facilitent à présent des ouvertures de crédit. Avec un taux d’intérêt prohibitif évidemment. Chaque grande surface développe un service financier performant. Certains incitent à utiliser ce crédit en plaçant des caisses plus rapides pour les détenteurs de la carte par exemple ».

Face à ces pratiques, les Equipes populaires veulent à présent identifier les mécanismes de surendettement afin de soumettre des propositions pour éviter les dérives commerciales. Parmi les idées proposées : un cursus destiné à l’enseignement secondaire sur la gestion du budget et la consommation. Cette prise de conscience s’impose d’autant plus que toute la responsabilité n’incombe pas forcément au surendetté. Germain Mugemangango insiste sur ce point : « Il faut régler le compte du discours moralisateur. La plupart des personnes endettées le sont pour des raisons liées aux nécessités de la vie, comme la visite d’un dentiste par exemple. Le premier coupable est la baisse du pouvoir d’achat ».

Doit-on dès lors s’attendre à des actions « bienfaitrices » de la part des grandes surfaces, permettant aux plus démunis l’achat à crédit de leur pain ? « Si ce n’est que ces magasins le font sur base d’un double bénéfice ! Leur première préoccupation est de continuer à vendre leurs produits. En Grande-Bretagne, le taux d’endettement des ménages est de 40% de leurs revenus. Aux USA, c’est l00% ! En Belgique, on est proche des 20%. Du coup, les vendeurs de grandes surfaces se disent qu’ils ont encore une belle marge de progression pour endetter les gens ». Pour notre plus grand bonheur ? Les Equipes populaires en doutent. Avec la plate-forme Journée sans crédit, elles dénoncent sans relâche la banalisation du crédit.

 

Partager!

Un commentaire sur “Surendettement : alerte au crédit banalisé

  1. Bonjour, et merci pour cet article intéressant ! Les surendettés ont souvent à faire face aux préjugés de l’entourage lointain qui suppose que cette situation n’est que la conséquence d’une mauvaise gestion de ses finances personnelles.

    Malheureusement dans plus de 70% des cas c’est un simple accident de la vie qui fait tout basculé. Dans la continuité de votre discours je voudrais présenter le site Sortir Surendettement.

    C’est un site d’infos et d’entraide dont je suis le fondateur. Un forum et des modérateurs viennent aussi permettre d’aider les personnes en situation de surendettement à trouver des solutions lorsque l’on n’en voit plus…

    Le nom du site est plus que révélateur : Sortir Surendettement

    Merci pour votre aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *