Tout le monde veut du cacao

Septembre 2019
Publié dans le
Rubrique

Sur les 4 millions de tonnes de cacao produites à travers le monde, l'Europe en transforme environ 60 % et en consomme presque la moitié. À la deuxième place du classement, on trouve les États-Unis.

Consommation de cacao dans le monde. Les chiffres

9 personnes sur 10 aiment le chocolat. La dixième ment.

— John Q. Tullius

Cette citation semble particulièrement vraie. Et plus il y a de gens qui goûtent le chocolat, plus la demande augmente. En 29 ans, la quantité de cacao produite dans le monde a presque doublé : de 2,5 millions de tonnes en 1990 à plus de 4 millions de tonnes aujourd’hui. Le chiffre d’affaires du secteur du chocolat augmente donc également. En 2016, le cap symbolique des 100 milliards de dollars en un an a été franchi.

Une pénurie de cacao en vue !?

Il y a quelques années, des messages alarmistes émanant de l’industrie du chocolat à propos d’une possible pénurie de chocolat ont été relayés par les médias du monde entier. Par peur que le cacao devienne si rare qu’il devienne hors de prix pour le consommateur, de nombreux cacaoculteurs ont investi pour planter davantage d’arbres. Mais au final, cet investissement s’est retourné contre eux. En 2017, l’offre de cacao a explosé et son prix a donc dégringolé de 40 % en une seule année. Les entreprises pouvaient à nouveau acheter leur principale matière première à un prix dérisoire. Quant aux revenus des cultivateurs, ils ont connu une baisse sans précédent.

Le prix payé par le consommateur est resté identique, ce qui a permis aux entreprises d’engranger d’énormes bénéfices. Tandis que le cacaoculteur pansait ses plaies.

Conclusion : le producteur est sans cesse manipulé afin de maintenir une production de cacao suffisante. Il court ainsi de grands risques afin d’alimenter une industrie qui rapporte des milliards. Cela doit cesser. En tant qu’un des pays les plus renommés pour son chocolat, la Belgique a une responsabilité importante dans la mise en place d’un système plus juste.

Le cacao pousse sur les arbres (… mais l’argent, non.) Il ne s’agit pas d’une plante que l’on sème au printemps pour la récolter à l’automne. Un arbre que vous plantez aujourd’hui ne produira des fruits que dans 5 ans. Les cacaoculteurs doivent donc évaluer quelle sera la situation sur le marché dans quelques années : combien de cacao ils vendront, à quel prix ? Mais ceux qui ne font pas partie d’une coopérative bien organisée n’ont pas accès aux informations qui leur permettraient de prendre les bonnes décisions quant à leurs investissements. De plus, les transformateurs de cacao ne garantissent pas qu’ils achèteront encore la production dans 5 ans. Et encore moins à un prix correct.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *