fbpx

Un combat contre la pollution publicitaire

Mars 2010
Publié dans le
Rubrique

Conscientiser sur le danger de la surconsommation et lutter contre l’invasion de la publicité dans nos vies : telle est la double mission de l’asbl Respire.

Olivier Bailly

Autant dire que la grande distribution est dans son collimateur. Comme le confirme Jean-Baptiste Godinot, membre de l’asbl : «ces temples de la surconsommation sont l’emblème, le symbole, le vecteur de tout ce qui est surconsommatoire ». Avec comme circonstances aggravantes un dispositif publicitaire redoutable dans les grandes surfaces. Des pubs olfactives, des analyses poussées des mouvements rétiniens, des communications personnalisées. Au secours ! Et que faire !?!

Protéger les plus vulnérables

Respire demande aux décideurs politiques d’assurer de meilleures protections légales vis-à-vis des plus vulnérables, notamment les enfants. Et s’il faut respecter la liberté d’expression commerciale, il faut aussi respecter la volonté du quidam de ne plus être pollué par ces annonces. « Par son omniprésence imposée, la pub provoque un déséquilibre totalitarisant, sans possibilité de lui répondre ». Certaines pubs sont sans doute plus acceptables comme celles pour les produits soutenables, en filière courte « mais l’annonce de la petite épicerie locale ne représente rien dans les flux énormes de communications publicitaires » souligne encore Jean-Baptiste Godinot.

Consommer moins et mieux

Pour le citoyen, l’une des meilleures stratégies est d’éviter de se transformer en pub vivante volontaire. Comment ? En cachant les marques qu’on trinqueballe malgré nous sur les sacs, les vêtements. Dans cet esprit, Respire rejoint Oxfam dans son « consommer moins et mieux ». Avec un bémol cependant : se fournir dans les grandes surfaces n’est pas souhaitable car celles-ci représentent un modèle non soutenable de consommation. « La présence de produits équitables dans les supermarchés est une question de stratégie. Quel niveau de radicalité faut-il pour créer le changement ? Pour Respire, il faut reconnaître qu’il y a de très fortes limites au changement interne de modèle. Les mammouths ne deviennent pas des hirondelles ».

 

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *