Vu du Nord : travailleurs sous pression

Mars 2010
Publié dans le
Rubrique

La CNE représente les travailleurs de la Grande Distribution en Belgique. Via la Campagne Vêtements Propres, la CNE soutient la campagne Asia Floor Wage. Au quotidien, les responsables de cette organisation syndicale conscientisent les salariés et interpellent les employeurs. Explication d’Irène Pêtre, Secrétaire nationale de la Centrale Nationale des Employés – CSC.

Propos recueillis par Corentin Dayez

– Pourquoi un syndicat belge s’engage-t-il dans une campagne en faveur des travailleurs en Asie ?

– En Asie, des syndicats du secteur de l’habillement se battent pour obtenir un salaire décent couvrant les besoins essentiels des travailleurs. En Belgique, ce salaire est heureusement fixé par secteur. Là-bas, ce n’est pas le cas. Forts de leur puissance, nos supermarchés exercent une pression insoutenable sur les travailleurs locaux. Leur objectif : obtenir des articles toujours moins chers. Et dans la foulée, les droits les plus élémentaires passent à la trappe. Si nous ne voulons pas subir à terme le même sort que les travailleurs du Sud, nous avons tout intérêt à soutenir cette campagne. La solidarité, c’est donc essentiel !

L’Asie, c’est loin

Parler de solidarité avec les travailleurs asiatiques à ses délégués syndicaux, c’est important. Mais ce n’est pourtant pas facile. La distribution est en effet un secteur à faibles revenus, où les travailleurs sont également mis sous pression. Du coup, leurs préoccupations premières,concernent avant tout la défense de l’emploi. Chez Carrefour, nous vivons ainsi d’énormes difficultés. Au sein des travailleurs, chacun espère ne pas être celui ou celle qui perdra son emploi. Dans ces conditions, il est toujours délicat de demander à un salarié d’être solidaire avec les travailleurs asiatiques de l’habillement. D’autant que les conditions de vie et de travail des pays asiatiques sont largement méconnues des personnes qui constituent nos bases. Et le lien entre leur vécu en Belgique et l’exploitation de travailleurs en Asie n’est pas toujours évident. Le travail syndical consiste dès lors à rappeler que les ravages que provoque le modèle de la Grande Distribution ne connaissent aucune frontière. Et qu’ils nous concernent finalement tous, travailleurs du Nord comme du Sud.

Un combat de longue haleine

Les problèmes auxquels nous sommes confrontés au quotidien dans notre secteur sont difficiles à gérer. Ils absorbent de plus une grande partie de notre temps et de notre énergie. Nous essayons malgré tout de faire vivre la campagne au mieux dans notre structure. Certains délégués syndicaux ont ainsi eut l’occasion de se rendre au Bengladesh et en Indonésie. Ils rapportent régulièrement ce qu’ils ont pu observer sur place et conscientisent les travailleurs sur les réalités vécues dans ces pays. Lors des conseils d’entreprises, nous interpellons régulièrement les employeurs. Et nous nous faisons les portes paroles du message de la campagne au sein de nos structures syndicales internationales. Dans cet esprit, nous tentons également de récolter un maximum de signatures via les cartons d’interpellations citoyennes de nos enseignes. Autant d’actions ponctuelles qui rendent plus concret notre combat commun face aux actionnaires de la Grande Distribution.

 

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *