Artisanats et commerce équitable : défis et perspectives sous le prisme du design
Étude - Décembre 2017

L’artisanat appartient à la famille des arts appliqués, au même titre que son cousin le design. Leurs métiers se caractérisent par l’art d’assembler et mettre en forme des contraintes pratiques, esthétiques et symboliques par la maîtrise d’une technique, pour répondre à des besoins ressentis.

L’artisanat est aussi l’expression d’une culture qui relie les membres d’une communauté. Ces derniers le font évoluer dans le passage entre générations, et selon les phénomènes sociaux et sociétaux qu’ils traversent.

Le temps de l´artisanat est celui de la transmission de savoir, de l´imagination, de l´expérimentation, de la maîtrise du geste … bien éloigné du temps dicté par l´idéal de modernité. Ce dernier, paramétré suivant une conception économique du progrès et du développement, a longtemps évincé les pratiques artisanales au profit de la création industrielle. Pas suffisamment rentable, l’artisanat. Trop lent, trop coûteux. Pas assez soigné … Toute expression culturelle sortant des valeurs et représentations esthétiques modernistes a longtemps été associée à ce qu’il y avait de plus “pauvre” et “sous-développé”, opposée à l’innovation et au changement.

L’artisanat participe pourtant à la création de richesse non seulement sur le plan économique, mais aussi sur les plans social et culturel en permettant l’affirmation de la dignité humaine et la reconnaissance de valeurs telles que la diversité et la solidarité, ou encore l’équité lorsqu’il s’inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire. C’est dans cette optique que sont progressivement intervenus des acteurs de la coopération au développement dans le secteur artisanal, notamment le mouvement du commerce équitable.

Cependant, ce dernier est partout confronté à une baisse de ses ventes d’artisanat et à un affaiblissement de son image, ce qui remet en cause l’étendue de son impact sur l’amélioration de la qualité de vie des communautés d’artisanes et artisans. Son modèle économique demande à être réinventé, actualisé à l’aune des nouveaux défis posés par l’évolution des sociétés contemporaines.

Face à ces enjeux, le design – ou plus exactement le design participatif, ou co-design, au sens d’une collaboration horizontale entre artisan et designer – peut-il apporter des pistes de solutions ?

Telle est la question centrale de cette étude, qui se compose de trois parties :

  • les deux premières font le tour des concepts et des défis qui viennent d’être brièvement évoqués, en s’appuyant sur une littérature et des réflexions internationales sur ces sujets ;
  • la troisième s’appuie sur une expérience pratique qui a réuni au Guatemala des artisanes et travailleuses de l’association Aj Quen, une designeuse locale et une chargée d’étude pour Oxfam-Magasins du monde.

Cette expérience de co-design visait à trouver ensemble des solutions face à la baisse des commandes d’artisanat équitable. Ces solutions devaient permettre de renforcer l’autonomie des artisanes sur leur projet économique, et de revitaliser l’offre d’artisanat équitable en conciliant transmission de culture et adaptation aux marchés. Un des défis consistait donc, à l’aide d’une méthodologie adaptée, de transférer des outils et connaissances en design permettant de renforcer les capacités créatives des artisanes.

Les enseignements à tirer de cette expérience sont nombreux. Elle a permis aux unes comme aux autres une meilleure compréhension de la réalité socio-économique et culturelle aux deux bouts de la chaîne de valeur artisanale. Elle a démontré que cette meilleure compréhension avait pour conséquences une créativité renouvelée et une plus grande efficacité, et permettait donc d’accroître l’autonomie des productrices sur leur projet économique.

Les pistes de réflexion et d’action à en tirer sont développées dans la partie « Équations possibles pour le futur ». Elles peuvent bien entendu servir de bases ou alimenter la réflexion dans d’autres contextes et d’autres domaines de l’artisanat, du design et du commerce équitable.

Estelle Vanwambeke

Partager!