Gumutindo

Pays :
Type de produit : Café

Bien que les exportations aient baissé en volume et en valeur, le café représente encore le premier produit d’exportation d’Ouganda. La variété robusta constitue 85% de la production tandis que l’arabica n’est cultivé que sur les flancs montagneux du Mount Elgon. Dans cette région, BCU (Bugiso Cooperative Union) a longtemps dominé la production de café. Il s’agissait du type même de la grande coopérative africaine, à laquelle des coopératives de base nommées primary societies livraient leur café. Pour bien comprendre le rôle joué par des coopératives comme BCU, rappelons qu’elle comprenait 400 primary societies et concernait des centaines de milliers de caféiculteurs locaux. Quinze ans après la vague de libéralisation de la production du café, il ne reste plus grand chose de BCU. Les infrastructures de traitement ont été louées à des entrepreneurs privés ou sont abandonnées faute de moyens pour les entretrenir

Pourtant, Gumutindo, créée à partir de 4 primary societies, doit ses origines à son imposante aînée.

C’est en 2000, en collaboration avec l’organisaion TWIN et le soutien de fonds alternatifs comme Shared Interests, que 3000 producteurs de BCU se sont unis pour créer cette structure intérmédiaire. Il s’agissait tout d’abord d’organiser le transport de la production puis de créer une petite unité de traitement. Dès 2004, la nécessité de maîtriser la filière d’exportation les conduit à fonder la Gumutindo Coffee Cooperative Enterprise. Plus récemment, la conversion à l’agriculture biologique est la conséquence logique d’une évolution qualitative en matière de produit et d’environnement. A présent, tous les producteurs ont reçu une certification biologique pour leurs produits ou sont en passe de la recevoir.

Entre les plants de café, des bananiers et d’autres arbres fruitiers sont plantés. Des légumes sont aussi cultivés sous les caféiers, comme des haricots et du maïs. Ou encore, on recherche un équilibre entre la nécessaire fixation de l’azote et des techniques anti-érosives afin d’obtenir de meilleurs rendements sans nuire à l’environnement. Les investissements sont décidés en commun et affectés en fonction des priorités. La prime de commerce équitable perçue par les producteurs de Gumutindo est répartie selon le même principe.

Sur le plan de la gestion, alors que BCU, ce « mastodonte » aux structures lourdes, n’avait pas habitué les producteurs à participer aux instances, Gumutindo a opté pour une prise de décision démocratique à tous les échelons. L’Assemblée Générale réunit une fois par an 500 membres issus des primary societies. Le Conseil de Gestion comprend le Président et les secrétaires, nommés pour 2 ans par chaque entité.?

Le comité exécutif est constitué de 8 collaborateurs administratifs :

  • Un responsable des achats ;
  • Un responsable de la certification biologique ;
  • Un responsable du contrôle de qualité ;
  • 5 field-officers qui travaillent sur le terrain avec les producteurs et assistent à toutes les réunions des primaries societies. Soulignons que des femmes remplissent cette tâche et sont même souvent préférées aux hommes car elles semblent mieux à même de répartir les revenus entre les producteurs et de les représenter devant les instances.

Comme souvent, le fait de mener une expérience à la fois rentable et socialement responsable a directement ou indirectement un impact politique, même modeste. Dans une région où la population s’est peu à peu détournée des enjeux publics le fait que les membres de Gumutindo animent une émission quotidienne d’information sur une radio locale est une initiative qui dépasse le cadre la coopérative et atteint un public plus large.

Les produits de ce partenaire

while (have_posts()) : the_post();
?>

    • ()

?>

      while (have_posts()) : the_post();

 

      ?>

Les news concernant ce partenaire

    • ()

?>

Produits