Heiveld Cooperative Union

Pays :
Type de produit : Rooibos

La coopérative Heiveld est située à Suid Bokkeveld, près du village de Nieuwoudtville, au sud-ouest de la province du Cap. Dans cette région, la population est en bonne partie métissée en raison du mélange des populations tout au long de son histoire. En effet, les Khoi Khoi, originaires du lieu, ont vu des immigrants s’installer au nombre desquels d’anciens esclaves. Du temps de l’Apartheid, ces populations subissaient le sort des « gens de couleur » catégorie peu enviable dans laquelle on les avait placés. Par ailleurs comme la région est aride les colonisateurs blancs lui ont longtemps préféré d’autres régions du pays plus fertiles.

Cependant cette région est la seule au monde où s’est développée la culture du rooibos (Aspalatus Linearis) en raison de la combinaison unique de la terre et du climat. Malgré la renommée des infusions de rooibos, qui a entraîné le développement de cette culture, les conséquences pour la population n’ont pas été à la hauteur. Il existait un monopole de fait détenu par le Rooibos Marketing Board qui dominait le marché. Cela décourageait les petits producteurs à vendre leurs produits sans passer par cet intermédiaire. La coopérative Heiveld a été créée en 2000 par des producteurs décidés à assembler leur forces pour commercialiser eux-mêmes le rooibos aidés en cela par des importateurs de commerce équitable.

Les membres de la coopérative Heiveld proviennent de trois communautés de la région : Melkkraal, Sonderwaterkraai et Dobbelarskop. Il s’agit de petites exploitations réparties sur 60 ha qui vont d’une vingtaine d’arbustes à quelques hectares. Mais comme ailleurs en Afrique du Sud, malgré la fin de l’Apartheid, la propriété foncière reste un problème qui limite la marge de manœuvre des producteurs. La plupart des membres de Heiveld sont les descendants des ouvriers agricoles qui pendant des générations ont travaillé pour des fermiers blancs qui possédaient l’essentiel de la terre et les sous-payaient de sorte qu’un petit nombre seulement de gens de couleur sont propriétaires.

Comme la culture du rooibos est, à côté de l’élevage, une des rares activités source de revenus dans cette région, les conditions de vie sont difficiles et les infrastructures de base comme l’eau courante et l’électricité ont été peu développées. Même à l’heure actuelle, et malgré la mise en place après la fin de l’Apartheid d’une politique de « discrimination positive » à l’égard de la population noire, nombre de producteurs ne bénéficient pas de ces politiques quand ils sont métis.

La coopérative Heiveld a pour objectif d’aider les plus démunis dont des femmes à vivre dignement de leur travail. Pour ce faire, Heiveld a développé les activités annexes à la production du thé qui impliquent surtout les femmes, comme la récolte de semences de roiboos, la confection des sachets pour les infusions, l’emballage des paquets.
Les producteurs membres de Heiveld reçoivent une prime de commerce équitable quand ils vendent leurs produits dans ce circuit d’exportation directe. Entre autres choses cette prime a permis d’organiser le transport collectif des enfants à l’école et de financer l’installation de l’eau courante. De plus, comme leur production est certifiée biologique, les producteurs peuvent demander un prix plus important pour leurs produits. Bien sûr, s’ajoute à cela une plus-value écologique qui n’a pas de prix dans la mesure où l’existence même du rooiboos dépend de la qualité de l’environnement.

Différentes ONG soutiennent cette organisation encore jeune qui a besoin de formations ou de conseils pour améliorer la production, faire fonctionner la coopérative (administration et comptabilité) et procéder aux investissements utiles à son développement. Heiveld est gérée de manière démocratique par un Conseil d’Administration élu par une assemblée générale où les membres de la coopérative décident ensemble les orientations générales.

Malgré la taille modeste de la coopérative son impact est assez grand dans un pays où les initiatives de ce type, menées par les gens de couleur, sont encore rares. Par ailleurs, comme Heiveld est en pleine expansion, elle montre que la croissance économique est compatible avec le respect des critères du commerce équitable fondés sur des principes sociaux et démocratiques d’autant plus précieux dans ce pays qu’est l’Afrique du Sud.

Produits