Sopacdi

Pays :
Région : Kivu
Actif depuis : 2003
Collaboration depuis : 2010
Chiffres-clés : 3000 membres
Type de produit : Café

La coopérative Sopacdi est érigé en 2003 à Minoca, non loin de la frontière rwandaise. Depuis le début le but était clair: améliorer les conditions de vie des petits producteurs, principalement par la récolte et la commercialisation du café. Et pas n’importe quel café. Le sol, le climat et l’altitude de cette région (jusqu’à 1400 mètre au dessus du niveau de la mer) forment les ingrédients idéals pour la variété arabica, café de haute qualité, très convoité à l’étranger.

Et les premiers succès n’étaient pas loin. Sopacdi élargissait petit à petit son marché, ce qui se traduisait en une ruée de demandes d’adhésions des producteurs de la région. D’une centaine de membres on en compte aujourd’hui plus de 3600. C’est entre autre à ce niveau que le support d’Oxfam-Wereldwinkels est crucial. Sopacdi est une bonne organisation, mais elle est encore jeune et n’ pas encore beaucoup d’expérience organisatrice et logistique.

La transmission de savoir-faire agricoles et des connaissances du sol font également parti du support. Le sol où se trouve le café est par des années d’abus très épuisé. C’est la conséquence indirecte du génocide rwandais dans les années 90. Une masse de réfugiés ont alors trouvé protection juste à la frontière, au Kivu congolais, ou ils ont désespérément cherché des moyens de survie. Cela a mené à une surexploitation des sols qui se note encore aujourd’hui.

En 2008 nous avons exporté pour la première fois du café via l’organisation de commerce équitable anglaise Twin

raconte Joachim Munganga Mahemu, directeur de Sopacdi .

Ils avaient rapporté des échantillons de notre café et étaient très satisfaits de la qualité. C’était la première fois en 43 ans qu’on a exporté du café de cette région. Il y a eu beaucoup de problèmes ici, les évènements que vous connaissez… De plus le prix du café était très bas, les paysans n’étaient donc pas intéressés pour produire du café. Maintenant que nous sommes certifiés Fairtrade nous avons un meilleur prix. C’est notre priorité de garder le label. Nous travaillons aussi à la certification biologique. Car lorsque nous l’aurons, nous recevrons une prime bio et cela signifie un meilleur revenu pour les paysans. Dans les faits notre récolte est déjà presque bio, car nos paysans ne peuvent pas se permettre de produits chimiques. Mais la certification n’est pas encore complète.

Le 7 octobre 2011 Oxfam Wereldwinkels a gagné un Be Fair Award du Trade for Development Centre (CTB) pour son travail avec Sopacdi.

Une valeur sûre entreprend le défi de lancé du café du Sud Kivu sur le marché belge. Le Kivu apparaît surtout de manière négative dans les media mais avec son initiative Oxfam montre l’autre visage de cette région dévastée: un café haut de gamme, des producteurs dynamiques et un impact de développement garantit

selon le jury. Oxfam-Wereldwinkels a également permit que Sopacdi reçoive une aide de Trade for Develpment Centre.

 

Produits