Suntoy

Introduction – contexte

L’Afrique du Sud est un pays multiculturel avec des langues, des religions et des groupes ethniques différents. Pendant longtemps, la cohabitation s’est accompagnée d’une discrimination et d’une violence massives, surtout par le système de l’apartheid. Ce n’est qu’en 1994 que l’apartheid a pris fin avec un changement de gouvernement démocratique. Le prix Nobel de la paix Nelson Mandela, qui a passé 27 ans en prison en tant que prisonnier politique, a laissé sa marque sur le pays comme aucun autre. Il a lutté contre l’oppression de la population noire et a essayé de changer la société pacifiquement. L’économie se développe bien et les conditions de vie de nombreuses personnes noires et de couleur se sont améliorées depuis l’abolition du système d’apartheid. Cependant, les différences sociales n’ont pas encore été complètement aplanies.

Dans de nombreux endroits, des maisons, des écoles et des cliniques ont été construites. D’innombrables ménages ont été raccordés aux réseaux d’électricité, d’eau et d’égouts. Néanmoins, l’écart entre les riches et les pauvres se creuse et demeure largement noir et blanc. En Afrique du Sud, les revenus sont très inégalement répartis. Il y a plusieurs raisons à cela : le taux de chômage est d’environ 25 % (jusqu’à 70 % au niveau régional), les jeunes Noirs étant particulièrement touchés (chômage des jeunes de plus de 50 %). La situation est particulièrement difficile dans les « bantoustans » ou foyers nationaux et les « townships »1, des quartiers pauvres et sous-équipés réservés aux non-blancs. Des taux de criminalité élevés, une grande pauvreté, la faim, la maladie et des logements insalubres sont associés à ces territoires. C’est vrai pour certains, mais dans d’autres, la situation s’est améliorée.

Suntoy donne aux jeunes des townships un revenu régulier et un emploi permanent.

Enoncé de mission : “Nous voulons promouvoir la croissance durable, créer plus d’opportunités pour nos employé·e·s d’améliorer leur qualité de vie.”

Suntoy

… a été fondée en 2008 et a initialement vendu des jouets solaires. Le fondateur de cette société privée est l’Autrichien Harald Schulz qui a émigré en Afrique du Sud. A la demande du plus grand fabricant de verre africain Consol, il a développé un pot de conservation avec panneau solaire et LED’s en collaboration avec des artistes filaires. Le verre solaire emmagasine l’énergie de la lumière du soleil afin qu’elle puisse être libérée à nouveau dans l’obscurité. L’innovation vise à remplacer les bougies et les lampes à pétrole, qui sont à l’origine de nombreux incendies (appelés “feux de cabane”) dans les cantons. En 2011, la production d’une lanterne solaire avec 11 employés a commencé. Le produit a d’abord été vendu au niveau national, puis dans d’autres pays africains, avant que la marque Sonnenglas ne soit fondée en 2013 et que les exportations vers l’Allemagne et l’Europe ne commencent. Actuellement, 55 personnes travaillent chez Suntoy toute l’année. Les lampes solaires sont fabriquées dans un atelier central à Johannesburg. L’objectif de l’organisation est d’assurer une croissance durable et d’améliorer les conditions de vie des employés. Suntoy est une entreprise moderne avec de très bonnes conditions de travail. L’appui apporté à la formation des salariés est particulièrement remarquable. Tout le monde peut participer à une formation continue interne ou externe (par exemple, cours universitaires, etc.) et Suntoy prend en charge l’ensemble des frais d’études. De plus, l’entreprise dispose de salles d’étude qui peuvent être utilisées gratuitement. Elle a l’intention de devenir membre de la WFTO (World Fair Trade Organization) dans un proche avenir. EZA Fairer Handel (notre organisation sœur en Autriche) soutient l’organisation en fournissant des conseils et une visite sur place durant ce processus. Lors d’une visite d’EZA à Johannesburg en 2018, les principes du commerce équitable ont fait l’objet d’un examen commun pour voir ce qui est déjà mis en œuvre et ce qui peut encore être amélioré.

Les producteurs et productrices

La plupart des employé·e·s viennent des « townships » (beaucoup de Soweto) de Johannesburg et des environs. Presque tou·te·s étaient au chômage avant de rejoindre Suntoy et n’avaient pas ou peu d’instruction scolaire. Chez Suntoy, ils/elles ont appris leur métier à partir de zéro. Les processus sont bien organisés et le travail est effectué dans différents départements. Trois mois par an environ, Suntoy reçoit un afflux de commandes important et les 55 employé·e·s permanent·e·s (30 hommes et 25 femmes) sont alors appuyés par une trentaine de personnes, pour la plupart des membres de leur famille, des amis ou des connaissances. Les conditions de travail dans l’organisation sont exemplaires et le salaire est largement supérieur au salaire minimum (en moyenne deux fois plus). Tous les employé·e·s ont la possibilité de poursuivre leurs études aux frais de l’entreprise. Yvonne Cossa, par exemple, a profité de cette occasion pour réaliser son rêve et étudier. Elle n’aurait pas pu se payer la formation. Grâce au soutien de Suntoy, elle a pu étudier la gestion d’entreprise à temps partiel. Entre-temps, elle est directrice de production et n’habite plus dans le canton.

Avantages du commerce équitable

La vente des produits au commerce équitable offre à Suntoy une opportunité de marché supplémentaire afin de préserver durablement les emplois ainsi créés. Les employés de SUNTOY bénéficient de conditions d’emploi et de travail tout à fait satisfaisantes2 :

  • de très bonnes conditions de travail et une interaction collégiale et respectueuse les uns avec les autres
  • un lieu de travail sûr et propre
  • un très bon salaire (en moyenne le double du salaire minimum d’Afrique du Sud)
  • des possibilités de formation continue gratuit
  • des salles d’étude et d’apprentissage
  • l’accès à du microcrédit
  • des congés payés et congés de maladie (conformément à la législation nationale)
  • la cotisation au système de retraite (selon les lois nationales)
  • une collation saine (fruits gratuits pour tous)

 

Source : https://www.eza.cc/suntoy

Montrer 2 notes

  1. Régions créées pendant l’apartheid, réservées aux populations noires et jouissant à des degrés divers d’une certaine autonomie.
  2. Par opposition à un emploi du secteur informel qui désigne l’ensemble des activités productrices de biens et services qui échappent au regard ou à la régulation de l’État.

Produits