fbpx

Comprenez comment une commune peut être juste, solidaire et équitable

1. Soutenir une économie solidaire

La commune peut encourager le financement alternatif en plaçant son argent (court terme) sur des comptes d’épargne éthique et solidaire qui financent des projets actifs dans l’environnement (énergies renouvelables, alimentation bio, …), la culture et l’économie sociale plutôt que des projets d’armement ou de nucléaire. Elle peut insérer des clauses sur l’investissement socialement responsable (ISR) dans les cahiers des charges des marchés publics.

Plus d’idées sur ce thème ?

Le Réseau Financement Alternatif : www.rfa.be 02/340.08.60

2. Développer une coopération Nord-Sud

La commune peut échanger des savoir-faire et des expertises propres à la gestion d’une localité avec des communes du Sud. Elle peut aussi financer des projets de coopération présentés par des associations et éveiller le grand public aux problématiques Nord/Sud a l’occasion de manifestations comme des concerts, des ventes, des pièces de théâtre, … au profit de projets solidaires.

Plus d’idées sur ce thème ?

Le CNCD – 11.11.11. www.cncd.be – 02/2501230

3. Faire le choix pour une consommation responsable

La commune peut faire le choix pour une consommation équitable ou éthique. Concrètement, elle peut fournir un distributeur d’aliments et boissons équitables aux acteurs de la commune :   école, CPAS, home, centre culturel, etc. On trouve des fournisseurs qui proposent des gaufres, biscuits, chocolats, fruits, yaourts, cacao, thé et cafés produits dans des conditions socialement et écologiquement responsables et achetées à des prix justes.

Les administrations publiques se procurent également des vêtements de travail pour assurer l’identification, la protection et la sécurité de leurs travailleurs. Dès lors, l’administration peut s’engager à tenir compte du respect des droits fondamentaux des travailleuses et des travailleurs qui les ont fabriqués.

Comment une commune peut s’engager concrètement pour des marchés publics responsables ? Comment intégrer des critères environnementaux et sociaux dans les cahiers des charges ?

Plusieurs pistes et moyens existent pour y arriver. En voici un aperçu :

Une impulsion politique

  • Faire voter une résolution au conseil communal en faveur du commerce équitable, en favorisant la mise en place d’un comité de pilotage pour mettre en œuvre la dynamique « communes du commerce équitable » ;
  • S’engager à soutenir les initiatives locales de collectifs, groupes de citoyens ou associations locales qui ont pour mission de soutenir l’agriculture locale et durable (prêts de locaux, accord de subsides, communication, etc.) ;
  • Définir des objectif précis aux collège échevinal: intégration systématique de critères environnementaux dans l’attribution des marchés publics, affectation d’un pourcentage du budget communal pour l’achat de produits et services écologiques, éthiques, etc. ;
  • S’engager à développer des achats plus respectueux de l’environnement par un acte symbolique : la signature d’une charte, l’adoption d’une démarche structurée de développement durable telle qu’un Agenda 21 local (voir plus bas), etc.

Exemple : la commune de Bastogne s’est engagée depuis 2014 à intégrer des critères sociaux et environnementaux pour la consommation de produits issus du Sud.

Des formations pratiques et axées sur la sensibilisation

  • Former et sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés par les achats : acheteurs et utilisateurs, mandataires politiques, fournisseurs. Les obstacles au développement des achats écologiques sont culturels avant d’être techniques : perception négative sur le prix et la qualité des produits, changement des habitudes de travail…
  • Mener un travail continu d’information et de sensibilisation

Exemples de formation : le Centre Permanent pour la Formation au Développement Durable (CePeFEDD) organise des formations aux achats durables pour les fonctionnaires communaux et régionaux.

L’information des fournisseurs

  • La commune doit informer les fournisseurs sur les nouvelles exigences introduites dans les appels d’offres de telle sorte qu’ils puissent y adapter leurs offres.

Exemple : dans quelques communes wallonnes, des acheteurs demandent aux fournisseurs de s’adapter à la demande de produits durables (équitables, biologiques, locaux). Ils prennent alors le risque de changer leurs cahiers des charges dans l’espoir de susciter la création de nouvelles offres plus respectueuses de l’environnement et de l’humain.

Le site du Réseau Eco-consommation (www.ecoconso.be) constitue une source d’information de référence. Ce site s’adresse tant aux particuliers qu’aux administrations publiques.

Plus d’idée sur ce thème ?

La campagne Commune du commerce équitable : www.cdce.be ou info@cdce.be

achACT vous propose:

4. Agir dans le cadre d’un agenda 21 local

Qu’est-ce qu’un agenda 21 ?

L’Agenda 21 local est un plan d’actions qui définit les stratégies pour les pouvoirs locaux. Grâce à ce document, les communes et CPAS peuvent s’engager à long terme dans le développement durable, en concertation avec tous les services de l’administration et les acteurs concernés.

L’Agenda 21 local est un projet impulsé et rédigé par les pouvoirs publics locaux, mais il doit impliquer toutes les forces vives, habitants et entreprises. La participation de la population à l’Agenda 21 local, aussi bien dans sa préparation que dans son suivi et son évaluation, est au cœur de la démarche et constitue le gage de sa réussite.

En favorisant le recours aux ressources locales et la participation des acteurs locaux, un projet de développement durable peut être le moteur d’une nouvelle dynamique territoriale !

Le commerce équitable et/ou la démarche « commune du commerce équitable » ont tout à fait leur place dans un agenda 21. Vous pouvez vous renseigner sur l’agenda 21 de votre commune, ils sont tous publics. Renseignez-vous sur son contenu et sur les liens et actions faites en faveur d’une consommation plus responsable, respectueuse de l’humain et de l’environnement.

En Wallonie et à Bruxelles, certaines communes ont initié une démarche d’Agenda 21 local : Etterbeek, Louvain-La-Neuve, Mons… et bien d’autres.

Plus d’informations pour les communes Wallonnes et pour les communes Bruxelloises.

Partager!