LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES VOLONTAIRES DANS LES ASSOCIATIONS : QUELS IMPACTS DE LA PROFESSIONNALISATION ?

  • Version
  • Download 112
  • File Size 759.75 KB
  • File Count 1
  • Create Date 26 mai 2016
  • Last Updated 26 mai 2016

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES VOLONTAIRES DANS LES ASSOCIATIONS : QUELS IMPACTS DE LA PROFESSIONNALISATION ?

La Belgique compte plus de 70.000 associations sans but lucratif et environ 11% de la population belge est investie bénévolement dans de telles organisations. Des chiffres qui montrent l’importance et l’ampleur de ce secteur. La plupart de ces associations ne pourraient continuer à exister sans l’engagement volontaire de nombreuses personnes. Le temps, la disponibilité et le cœur que les bénévoles investissent dans ces organisations ne sont pourtant pas toujours suffisants.

Le cadre dans lequel certaines associations s’inscrivent est en constante évolution. Afin de répondre aux attentes de certains acteurs du monde socioéconomique, les associations sont poussées à amener des changements dans leur organisation quotidienne et à manifester des comportements graduellement plus professionnels. Le phénomène de professionnalisation, auquel les associations sont de plus en plus soumises, attire le regard de nombreux auteurs.

Cet intérêt se justifie d’un point de vue managérial, scientifique et sociétal.

Sur le plan managérial, on constate que le domaine des ressources humaines acquiert davantage d’importance dans toutes les organisations, quel que soit leur type. Le bénévolat étant une particularité du secteur associatif, il est intéressant de se pencher sur la manière dont ces organismes gèrent leurs ressources humaines bénévoles et étudier les outils managériaux mis en oeuvre pour affronter l’évolution à laquelle ils sont confrontés.

D’un point de vue scientifique, il est intéressant d’étudier l’évolution du secteur associatif en général, des pratiques en matière de bénévolat et des motivations des volontaires en particulier.

Enfin, les impacts de cette évolution qui conduit les associations à se conduire progressivement comme de réelles entreprises posent question quant à la viabilité d’objectifs sociaux et sociétaux aux côtés de ceux à visée économique qui prennent graduellement plus d’importance.

Ce travail est articulé en deux parties majeures. La première est dédiée au contexte et à la mise en perspective théorique et comporte une revue de littérature. La deuxième propose une analyse de cas et une discussion critique axée sur la mise en pratique de la théorie mobilisée dans la première partie. Cette analyse empirique s’est tournée vers l’ASBL Le Restaurant du Coeur de Charleroi et l’ASBL Oxfam-Magasins du monde.

Partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *